Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
14 décembre 2011 3 14 /12 /décembre /2011 23:06

Yaoundé. He introduced himself yesterday before the Disciplinary Board where he was heard as well as other football officials in Cameroon.
 It is 10:50 on Monday, at the Hotel Mont Febe, when the vehicle Chrysler, black, belonging to Samuel Eto'o made ​​his entrance. Inits descent, Odilia, a lady who works at the Cameroon Football Federation (FECAFOOT), goes to the captain of the Indomitable Lions

 

It appears to have come and said the host, to take him in the hall of the hearings. The player Anzhi Makhachkala fulminates, "You areas dishonest as the people of FECAFOOT". It follows the protocol that leads to the basementHere is the lounge Abbia, the room where members of the Disciplinary Boardin full, beganhearings

In the lobby is Mveng Francis, one of the Vice-Presidents ofFECAFOOT. Samuel Eto'o rushes to him and in his usual smile,the index and threatens: "I ​​will complain," smiled back "I willcomplain" and then a third time "I will complain. Although Cameroon is Cameroon. Do not come near me ever again. "He turns to go back to the reception, but not before swinging, "Thieves! ".
The scene takes place before an army of journalists, photographers and cameramen who do not want to leave. Someconfide that the fury of the captain of the Indomitable Lions is that it has considered the report of Francis Mveng, representingFECAFOOT, after the players' strike, in Marrakech. Francis had accused Mveng Samuel Eto'o in the rapport.Samuel Eto'o, can not wait any longer before the hearings room, was obliged to goto a hotel room "to relax"

 

At noon he went to the restaurant for lunchwhile waiting to becalled. Meanwhile, Patrick Ebodé Tsanga, the head of legal cell, was heard first as a representative of FECAFOOTthen BlaiseOmgba, the Director of Sports high level, representing theMinister for Sport in Marrakech, and Francis Mveng . DenisLavagne, coach of the Indomitable Lions and Martin NdtoungouMpilahis assistant, sitting from morningreturned to the room at 13:30 to show after an hour.
14:30. Abdoulaye Ado, a member of the commission, shows upat the door and uses Benoît Assou Ekottoor his representative.No one presentIt is the turn of Enoh Eyong, also absent. One learns that he has the same lawyer as Samuel Eto'o. The captain of the Lions called, appeared with his lawyersBut especially with Benoit Angbwa, his teammateThe hearing lasted from 2:48 p.m. to 5:30 p.m.Samuel Eto'o is advised by his lawyers not to make a statement to the press. End of the day for Samuel Eto'o, who is leaving the Hotel Mont FebeHe was stopped at the entrance, by fans, who show their support, despite the presence of a strongsquad of policewaited all day.

Repost 0
Published by enricpatrick - dans article en anglais
commenter cet article
14 décembre 2011 3 14 /12 /décembre /2011 23:01

Yaoundé. Il s’est présenté hier devant le Conseil de discipline où il a été entendu ainsi que d’autres responsables du football camerounais.

Il est 10h50 ce lundi, à l’hôtel Mont Fébé, lorsque le véhicule de marque Chrysler, de couleur noire, appartenant à Samuel Eto’o fait son entrée. A sa descente, Odilia, une dame qui travaille à la Fédération camerounaise de football (Fécafoot), va vers le capitaine des Lions Indomptables.

 

Elle se présente et dit être venue l’accueillir, pour le conduire dans la salle des auditions. Le joueur d’Anzhi Makhachkala fulmine : « Vous êtes aussi malhonnête comme ces gens de la Fécafoot ? ». Il suit son protocole qui le conduit au sous-sol. Ici, se trouve le salon Abbia, la salle où les membres du conseil de discipline, au complet, ont commencé les auditions.

Dans le hall, se trouve Francis Mveng, l’un des vice-présidents de la Fécafoot. Samuel Eto’o fonce vers lui et dans son sourire habituel, l’indexe et menace : « Je vais vous porter plainte », sourit et reprend « je vais vous porter plainte », puis une troisième fois « je vais vous porter plainte. Même si le Cameroun, c’est le Cameroun. Ne m’approchez plus jamais ». Il se retourne pour remonter à la réception, non sans avoir balancé : « Des voleurs ! ».

La scène se passe devant une armée de journalistes, photographes et cameramen, qui ne veulent plus quitter les lieux. Certains confient que la fureur du capitaine des Lions Indomptables vient de ce qu’il a pris connaissance du rapport de Francis Mveng, qui représentait la Fécafoot, après la grève des joueurs, à Marrakech. Francis Mveng aurait accusé Samuel Eto’o dans ce rapport.Samuel Eto’o, ne pouvant pas attendre plus longtemps devant la salle des auditions, a été obligé d’aller prendre une chambre d’hôtel « pour se reposer ».

A midi, il est allé au restaurant pour le déjeuner, en attendant d’être appelé. Entre temps, Patrick Ebodé Tsanga, le responsable de la cellule juridique, a été auditionné en premier comme représentant de la Fécafoot, puis, Blaise Omgba, le directeur des Sports de haut niveau, qui représentait le ministre des Sports à Marrakech, et Francis Mveng. Denis Lavagne, l’entraîneur des Lions Indomptables, et Martin Ndtoungou Mpilé, son adjoint, assis depuis le matin, sont rentrés dans la salle à 13h30, pour ressortir après une heure de temps.

14h30. Abdoulaye Ado, l’un des membres de la commission, se pointe à la porte et fait appel à Benoît Assou Ekotto, ou son représentant. Personne ne se présente. C’est le tour d’Enoh Eyong, lui aussi absent. L’on apprend qu’il a le même avocat que Samuel Eto’o. Le capitaine des Lions appelé, s’est présenté avec ses avocats. Mais surtout avec Benoît Angbwa, son coéquipier. L’audition dure de 14h48 à 17h30. Samuel Eto’o est conseillé par ses avocats de ne pas faire de déclaration à la presse. Fin de la journée pour Samuel Eto’o, qui quitte l’hôtel Mont Fébé. Il est stoppé à l’entrée, par des fans, qui lui témoignent leur soutien, malgré la présence d’une forte escouade de forces de l’ordre, ont attendu toute la journée.

Repost 0
Published by enricpatrick - dans article en français
commenter cet article
10 décembre 2011 6 10 /12 /décembre /2011 19:37

suivre le lien link

Repost 0
Published by enricpatrick - dans article en français
commenter cet article
10 décembre 2011 6 10 /12 /décembre /2011 01:41

One of the motives of the war against Libya is to stop the development of the continent, to allow the installation of the military base of AFRICOM in Cyrenaica, and start the colonial exploitation of Africa for the benefit the United States. To understand these hidden issues, interrogation of Mohammed Siala, Minister for Cooperation and Libya's sovereign wealth fund administrator.
 
 
Your country is rich in oil and gas. You have funded $ 70 billion in the Libyan Investment Authority. How do you use this windfall?
Mohammed Siala: We have significant resources, but they are not renewable. So we created the Libyan Investment Authority to protect the wealth of future generations, as did the Norwegians, for example. However, we devote a portion of these funds to the development of Africa. This means that we have placed more than $ 6 billion in shares of the continent's development, in agriculture, tourism, trade, mining, etc..
We placed the remaining funds in different sectors, different countries, different currencies. Everywhere, including the United States and Germany, which has unfortunately allowed them to freeze some of our assets.
 
 
Technically, how does this gel is it implemented?

Mohammed Siala: The freezing of assets is governed by the banking laws of the country where they are placed. The rule is they block our accounts, but sometimes we can get the release if we take the dispute to a Claims Board and if we prove that they were intended for certain uses. For example, I have at the moment to advocate the thawing of funds to provide grants to students 1200 we sent Malaysia. We try to do the same for everything related to social benefits or costs of hospitalization of our nationals abroad.
Occasionally, some countries allow us to use funds to buy food or medication. In principle, it is our right, but many refuse to unfreeze the funds necessary or are procrastinating. For example, in Italy, the State refuses any use of our assets. In Germany, the state allows humanitarian purposes, but these are some banks that refuse to unfreeze the funds. The interpretations of the resolution are completely different from state to state. We want a clear rule: what is allowed and what is allowed is not prohibited. For now, the interpretation is a political force prevails over the right.
 
 
: Is this the only problem you for your supplies?

Mohammed Siala: We must also face the sea blockade that NATO has set up without legal basis. They ban our supply, or delay, including for food shipments. They apply primarily to prevent our delivery of gasoline, even if it is not covered by the relevant resolutions of the UN. We have an oil tanker patient for a month in Malta. For each boat, they discuss the dual use of what he carries. The essence is for civilian vehicles. But they say it can also be vehicles of the army. We answer that they can not forbid us to use it for ambulances. Nevertheless, since the conflict began, they prevent any delivery of gas. However, we are dependent on foreign refineries for about one third of our supply.Hence the current shortage. In theory, they only have the right to inspect vessels to ensure they do not carry weapons. But in practice they illegally deployed a naval blockade.
They ordered the Russian and Chinese ships to turn back. Their states must then file a complaint with the Sanctions Committee of the UN to discuss the interpretation of the resolutions. It is an endless process and dissuasive. No legal basis allows them to do so, but they are strong, confident of their impunity.
However, we are able to supply us by land, but this is ridiculous: we need a month to truck unload what we can in one day in our ports.
 
Your country has stepped up infrastructure construction, including the gigantic irrigation works of Man Made River. What are your current projects?

Mohammed Siala: There is a railway that runs through North Africa except Libya. We want to complete it to integrate into the regional economy and boost. The Chinese built the stretch-Tunisia Sirte. The Russians are in charge of Sirte, Benghazi. A negotiation was under way with Italy for the section-Egypt and Benghazi for locomotives. We also began the construction of a transcontinental line north-south, with the stretch-Libya N'Djamena. These are investments of international interest and we thought that the G8 would help us. He had promised, but we did not see it coming.
We are tough business and we used the tenders to force our suppliers to lower their prices. During his visit here, Putin agreed to align the prices of Russian companies with those of its competitors in China. We were able to diversify our partners.
 
With the war, what will happen to these projects?

Mohammed Siala: All these sites are interrupted with the freezing of assets. But we continue to tender for the sections to achieve because we are certain that the war is temporary and that work will resume. We are preparing to continue the contract temporarily interrupted for reasons of "force majeure".
The war desperate partners. The Chinese have this $ 20 billion of contracts, the Turks 12 billion. Then there are the Italians, Russians and the French. It was not their interest to let this aggression, much less participate. Probably some people have received compensation table below, but we have no precise information about it. Others hope to have more and conquering our country and by claiming for themselves the reconstruction contracts.
 
What are the consequences of freezing your assets for Africa?

Mohammed Siala: By blocking our assets, they also blocked our development efforts in Africa. The continent is unable to export raw materials. We invest so that they are processed and marketed in Africa by Africans. This is to create jobs and keep the gain in Africa. On the one hand we encourage the Europeans because it dries migration policy, on the other, they oppose it because they have to abandon the colonial exploitation.
Westerners want to keep Africa in a situation where it only exports raw materials, and amenities.
For example, when the coffee produced in Uganda is exported to Germany where it is sold, the gain is in Germany. We funded facilities for the roasting, grinding, packaging and so on. The proportion of Ugandans pay from 20% to 80%. Obviously, our policy is in conflict with the Europeans. It is an understatement.
We fund the rice fields in Mozambique and Liberia, to the tune of $ 32 million per project and create 100,000 jobs every time. We seek first the sufficiency of each African state, and only after export markets. Undoubtedly, we come into conflict with those who produce and export rice, especially if they speculate with.
We also build roads. For example from Libya through Niger. We have already connected the Sudan to Eritrea which upsets the regional economy and opens up prospects for development. It is now possible to move goods by road and sea
 
Can we say that Libya has little diplomatic alliances, but have developed economic alliances that protect you. Can we talk about diplomacy investments?

Mohammed Siala: Yes.
For example, we fund $ 50 million for construction by Chinese companies a channel of 32 km in Mali for the irrigation of agricultural areas. Freezing assets of our substantial farming stops there. If it continues, a food problem will arise quickly and people resume and accelerate their migration to Europe.Ultimately, the Europeans can not afford to stop our development efforts on the continent. They have no alternative to our policy.
 
 
Do you have a device that allows you to pay your order on the international market despite freezing your assets. Your country is attacked, I think, of course, to purchase arms and ammunition.

Mohammed Siala: We resist for four and a half months. We have learned from the embargo and were ready on day one. Many states are watching and want to take similar steps to protect themselves also imperialism

Repost 0
Published by enricpatrick
commenter cet article
10 décembre 2011 6 10 /12 /décembre /2011 01:32

L’un des mobiles de la guerre contre la Libye est de stopper le développement du continent noir, de permettre l’installation de la base militaire de l’US Africom en Cyrénaique, et de débuter l’exploitation coloniale de l’Afrique au profit des États-Unis. Pour comprendre ces enjeux cachés,  interrogation de  Mohammed Siala, ministre de la Coopération et administrateur du fonds souverain libyen.

 

 

Votre pays est riche en gaz et en pétrole. Vous avez capitalisé 70 milliards de dollars au sein de l’Autorité libyenne d’investissement. Comment utilisez-vous cette manne ?

Mohammed Siala : Nous disposons d’importantes ressources, mais elles ne sont pas renouvelables. Nous avons donc créé l’Autorité libyenne d’investissement pour protéger la richesse des générations futures, comme l’ont fait les Norvégiens par exemple. Cependant, nous consacrons une partie de ces fonds au développement de l’Afrique. Cela signifie que nous avons placé plus de 6 milliards de dollars dans des actions de développement du continent, en matière d’agriculture, de tourisme, de commerce, de mines, etc.

Nous avons placé le reste des fonds dans des secteurs différents, des pays différents, des monnaies différentes. Partout, y compris aux USA et en Allemagne, ce qui leur a malheureusement permis de geler certains de nos avoirs.

 

 Techniquement, comment ce gel est-il mis en œuvre ?


Mohammed Siala : Le gel des avoirs est régi par les lois bancaires du pays où ils sont placés. La règle est qu’ils bloquent nos comptes, mais que nous pouvons en obtenir parfois la libération si nous portons le litige devant un Comité des réclamations et si nous prouvons qu’ils étaient destinés à certains usages. Par exemple, je viens à l’instant de plaider le dégel de fonds destinés à verser des bourses aux 1 200 étudiants que nous avons envoyés en Malaisie. Nous essayons de faire de même pour tout ce qui touche aux allocations sociales ou aux frais d’hospitalisation de nos ressortissants à l’étranger.

Il arrive que certains pays nous autorisent à utiliser des fonds pour l’achat de nourriture ou de médicaments. En principe, c’est notre droit, mais beaucoup refusent de dégeler les sommes nécessaires ou font traîner les choses. Par exemple, en Italie, l’État refuse tout usage de nos avoirs. En Allemagne, l’État autorise les usages humanitaires, mais ce sont certaines banques qui refusent de dégeler les fonds nécessaires. Les interprétations de la résolution sont complètement différentes selon les États. Nous réclamons une règle claire : ce qui est permis est autorisé et ce qui ne l’est pas est interdit. Pour le moment, l’interprétation est politique et la force prévaut sur le droit.

 

 : Est-ce le seul problème que vous rencontrez pour vos approvisionnements ?


Mohammed Siala : Nous devons aussi faire face au blocus maritime que l’OTAN a mis en place sans base légale. Ils interdisent notre approvisionnement, ou le retardent, y compris pour des cargaisons alimentaires. Ils s’appliquent surtout à empêcher notre livraison en essence, même si cela n’est pas prévu par les résolutions pertinentes de l’ONU. Nous avons ainsi un pétrolier qui patiente depuis un mois à Malte. Pour chaque bateau, ils discutent le double usage de ce qu’il transporte. L’essence est destinée aux véhicules civils. Mais ils disent qu’elle peut l’être aussi par des voitures de l’armée. Nous répondons qu’ils ne peuvent nous interdire de l’utiliser pour les ambulances, etc. Quoi qu’il en soit, depuis le début du conflit, ils empêchent toute livraison d’essence. Or, nous sommes dépendants des raffineries étrangères pour environ un tiers de notre approvisionnement. D’où la pénurie actuelle. En théorie, ils ont uniquement le droit d’inspecter les navires pour s’assurer qu’ils ne transportent pas d’armes. Mais en pratique, ils déploient illégalement un blocus maritime.

Ils ont ordonné à des bateaux russes et chinois de faire demi-tour. Leurs États doivent alors déposer une plainte devant le Comité des sanctions de l’ONU pour discuter de l’interprétation des résolutions. C’est une procédure interminable et dissuasive. Aucune base légale ne les autorise à agir ainsi, mais ils le font de force, sûrs de leur impunité.

Nous parvenons toutefois à nous approvisionner par voie terrestre, mais cela est dérisoire : nous avons besoin d’un mois pour transporter par camion ce que nous pouvons décharger en une journée dans nos ports.

 

Votre pays a multiplié les constructions d’infrastructures, notamment les gigantesques travaux d’irrigation de la Man Made River. Quels sont vos projets en cours ?


Mohammed Siala : Il existe un chemin de fer qui parcourt l’Afrique du Nord, sauf la Libye. Nous voulons le compléter pour nous intégrer dans l’économie régionale et la dynamiser. Les Chinois construisent le tronçon Tunisie-Syrte. Les Russes sont chargés de Syrte-Benghazi. Une négociation était en cours avec l’Italie pour le tronçon Benghazi-Égypte ainsi que pour les locomotives. Nous avons aussi commencé la construction d’une ligne transcontinentale nord-sud, avec le tronçon Libye-N’Djamena. Ce sont des investissements considérables d’intérêt international et nous avions cru que le G8 nous aiderait. Il l’avait promis, mais nous n’avons rien vu venir.

Nous sommes âpres en affaires et nous avons utilisé les appels d’offre pour obliger nos prestataires à baisser leurs prix. Lors de sa visite ici, Vladimir Poutine a convenu d’aligner les tarifs des entreprises russes sur ceux de ses compétiteurs chinois. Nous avons pu ainsi diversifier nos partenaires.

 

Avec la guerre, que vont devenir ces projets ?


Mohammed Siala : Tous ces chantiers sont interrompus avec le gel des avoirs. Mais nous poursuivons les appels d’offre pour les tronçons à réaliser parce que nous sommes certains que la guerre est momentanée et que les travaux reprendront. Nous nous préparons à poursuivre les contrats provisoirement interrompus pour raison de « force majeure ».

La guerre a désespéré nos partenaires. Les Chinois ont ici 20 milliards de dollars de contrats, les Turcs 12 milliards. Viennent ensuite les Italiens, les Russes, puis les Français. Ce n’était pas leur intérêt de laisser faire cette agression, encore moins d’y participer. Probablement certains ont–ils reçu des compensations en dessous de table, mais nous n’avons aucune information précise à ce sujet. D’autres espèrent avoir plus en conquérant notre pays et en s’attribuant eux-mêmes les contrats de reconstruction.

 

Quelles sont les conséquences du gel de vos avoirs pour l’Afrique ?


Mohammed Siala : En bloquant nos avoirs, ils ont aussi bloqué nos actions de développement en Afrique. Le continent ne parvient qu’à exporter des produits bruts. Nous investissons pour qu’ils soient transformés en Afrique et commercialisés par les Africains. Il s’agit de créer des emplois et de conserver la plus-value en Afrique. D’un côté les Européens nous encouragent car cette politique assèche les flux migratoires, d’un autre, ils s’y opposent parce qu’ils doivent renoncer à l’exploitation coloniale.

Les Occidentaux veulent maintenir l’Afrique dans une situation où elle n’exporte que des produits bruts, des commodités.

Par exemple, lorsque le café produit en Ouganda est exporté en Allemagne d’où il est commercialisé, la plus-value reste en Allemagne. Nous avons financé des installations pour la torréfaction, la mouture, le packaging etc. La part de rémunération des Ougandais est passée de 20% à 80%. Évidemment, notre politique entre en conflit avec celle des Européens. C’est un euphémisme.

Nous finançons des rizières au Mozambique et au Libéria, à hauteur de 32 millions de dollars par projet et créons chaque fois 100 000 emplois. Nous visons d’abord l’autosuffisance alimentaire de chaque État africain, et seulement après les marchés d’exportation. Sans aucun doute, nous entrons en conflit avec ceux qui produisent et exportent du riz, surtout s’ils spéculent avec.

Nous construisons aussi des routes. Par exemple depuis la Libye à travers le Niger. Nous avons déjà relié le Soudan à l’Érythrée ce qui bouleverse l’économie régionale et ouvre des perspectives de développement. Il désormais possible de faire circuler des marchandises par route et par mer.

 

Peut-on dire que la Libye a peu d’alliances diplomatiques, mais que vous avez élaboré des alliances économiques qui vous protègent. Peut-on parler de diplomatie des investissements ?


Mohammed Siala : Oui.

Par exemple, nous finançons pour 50 millions de dollars la construction par des entreprises chinoises d’un canal de 32 kilomètres au Mali pour l’irrigation des zones agricoles. Le gel de nos avoirs interrompt d’importants projets agricoles dans ce pays. S’il se poursuit, un problème alimentaire se posera rapidement et les populations reprendront et accélèreront leur migration vers l’Europe. En définitive, les Européens ne peuvent pas se permettre de stopper notre effort de développement du continent. Ils n’ont pas d’alternative à notre politique.

 

 Disposez-vous d’un dispositif qui vous permette de payer vos commandes sur le marché international malgré le gel de vos avoirs. Votre pays est attaqué, je pense bien sûr à l’achat d’armes et munitions.


Mohammed Siala : Nous résistons depuis quatre mois et demi. Nous avons tiré les leçons de l’embargo et étions prêts au premier jour. Beaucoup d’États nous observent et veulent prendre des mesures similaires pour se protéger eux aussi de l’impérialisme

Repost 0
Published by enricpatrick
commenter cet article
10 décembre 2011 6 10 /12 /décembre /2011 01:28

After the "Unified Guard" has destroyed the Libyan State, with at least 40,000 bombs dropped by more than 10 000 attack missions, and even provided weapons to Islamic groups previously classified as dangerous terrorists yesterday in Washington there are concerns that the weapons end up government deposits "in the wrong hands."

The State Department has run for cover, sending squads in Libya military contractors who, until now funded with $ 30 million, should "secure" the Libyan arsenal. But behind the official mission, there is certainly the implication of taking control of military bases in Libya. Despite the stated commitment not to send "boots on the ground" (ground troops), for quite some time secret agents and special forces of the United States, Britain, France, Italy, Qatar and other , operating on the ground. They have guided air strikes and ground operations conducted. Their mission now is to ensure that Libya "pacified" remains under the control of the powers that have gone the "free".

On October 14, the day the State Department announced the shipment of sub-contractors in Libya, President Obama announced the dispatch of special forces in Central Africa: in the beginning, a hundred soldiers. Their official task is that of "advisers" of local armed forces, brought against the "Lord's Resistance Army." Operation financed by the State Department with so far 40 million dollars.

The real mission of this elite corps, sent by Washington, is to create a network of military control of the area including Uganda, South Sudan, Burundi, Central African Republic and Democratic Republic of Congo. And while the United States send their own forces in Uganda and Burundi, ostensibly to protect them from atrocities committed by the "Army of the Lord" is said by the inspired Christian mysticism, Uganda and Burundi in Somalia are fighting for behalf of the United States, with thousands of troops against the Islamist group al-Shabab.

These soldiers are backed by the Pentagon in June, provided them for $ 45 million in weapons, including small drones and night sights.

On October 16, two days after the announcement of the U.S. in Central Africa, Kenya has sent troops to Somalia. An initiative officially motivated by the need to protect themselves from bandits and Somali pirates in reality promoted by the United States for their own strategic objectives, after the failure of the Ethiopian military intervention, also promoted by the United States. And Somalia, where the "government" backed by Washington to control just one area of ​​Mogadishu, the CIA is at work for a long time, with local commandos properly trained and armed and subcontractors of private military companies.

The United States are therefore the military control of strategic areas of the continent, Libya, at the intersection between the Mediterranean, Africa and Middle East, the East and Central Africa, straddling the Indian Ocean and the Atlantic. The game apparently complicated, becomes clear by looking at a map.Even better on a historical atlas to see how neo-colonialism looks so impressive to the old colonialism.

Repost 0
Published by enricpatrick
commenter cet article
10 décembre 2011 6 10 /12 /décembre /2011 01:27

Après que le « Protecteur unifié » a démoli l’État libyen, avec au moins 40 000 bombes larguées en plus de 10 000 missions d’attaque, et fourni des armes même à des groupes islamiques classés jusque hier comme de dangereux terroristes, à Washington on se dit préoccupé que les armes des dépôts gouvernementaux finissent « dans de mauvaises mains ».

Le Département d’État a donc couru aux abris, en envoyant en Libye des escadrons de sous-traitants militaires qui, financés jusqu’à présent avec 30 millions de dollars, devraient « sécuriser » l’arsenal libyen. Mais derrière la mission officielle, il y a certainement celle de prendre tacitement le contrôle des bases militaires libyennes. Malgré l’engagement proclamé de ne pas envoyer de « boots on the ground » (troupes au sol), depuis pas mal de temps des agents secrets et des forces spéciales des États-Unis, Grande-Bretagne, France, Italie, Qatar et autres, opèrent sur le terrain. Ils ont guidé les attaques aériennes et dirigé les opérations terrestres. Leur mission, maintenant, est d’assurer que la Libye « pacifiée » reste sous le contrôle des puissances qui sont allées la « libérer ».

Le 14 octobre, le jour même où le Département d’État annonçait l’envoi de sous-traitants en Libye, le président Obama annonçait l’envoi de forces spéciales en Afrique centrale : au début, une centaine de militaires. Leur tâche officielle est celle de « conseillers » des forces armées locales, engagées contre l’ « Armée de résistance du Seigneur ». Opération financée par le Département d’État avec, jusqu’à présent, 40 millions de dollars.

La mission réelle de ces corps d’élite, envoyés par Washington, est de créer un réseau de contrôle militaire de l’aire comprenant Ouganda, Sud Soudan, Burundi, République centrafricaine et République démocratique du Congo. Et pendant que les États-Unis envoient leurs propres forces en Ouganda et au Burundi, officiellement pour les protéger des atrocités commises par l’ « Armée du Seigneur » qui se dit inspirée par le mysticisme chrétien, Ouganda et Burundi se battent en Somalie pour le compte des États-Unis, avec des milliers de soldats, contre le groupe islamiste al-Shabab.

Ces soldats sont soutenus par le Pentagone qui, en juin dernier, leur a fourni pour 45 millions de dollars d’armes, y compris des petits drones et des viseurs nocturnes.

Le 16 octobre, deux jours après l’annonce de l’opération étasunienne en Afrique centrale, le Kenya a envoyé des troupes en Somalie. Une initiative officiellement motivée par la nécessité de se protéger des bandits et pirates somaliens ; en réalité promue par les États-Unis pour leurs propres objectifs stratégiques, après l’échec de l’intervention militaire éthiopienne, elle aussi promue par les États-Unis. Et en Somalie, où le « gouvernement » soutenu par Washington contrôle à peine un quartier de Mogadiscio, la CIA est à l’œuvre depuis longtemps, avec des commandos locaux dûment entraînés et armés et des sous-traitants de compagnies militaires privées.

Les États-Unis visent donc le contrôle militaire des aires stratégiques du continent : la Libye, à l’intersection entre Méditerranée, Afrique et Moyen-Orient ; l’Afrique orientale et centrale, à cheval sur l’Océan Indien et l’Atlantique. Le jeu, apparemment compliqué, devient clair en regardant une carte géographique. Mieux encore sur un atlas historique, pour voir comment le néo-colonialisme ressemble de façon impressionnante au vieux colonialisme.

Repost 0
Published by enricpatrick
commenter cet article
10 décembre 2011 6 10 /12 /décembre /2011 01:22

Suzanne Nossel, ancienne assistante de Richard Holbrooke lorsqu’il était ambassadeur à l’ONU et actuelle assistante d’Hillary Clinton pour les organisations internationales, devient directrice exécutive d’Amnesty International USA. Elle s’est appliquée dans ses fonctions au département d’État à instrumenter les Droits de l’homme au service des ambitions impériales.

Mme Nossel avait travaillé par le passé pour Human Rights Watch, ainsi que pour Bertelsmann Media Worldwide et pour l’administration du Wall Street Journal.

Le Conseil d’administration d’Amnesty International USA a considéré que l’engagement de Suzanne Nossel au sein des administrations Clinton et Obama était un gage de compétence et ne lui a pas tenu rigueur des crimes commis en Yougoslavie, Afghanistan, Irak, Liban etc.

Mme Nossel est à l’origine de diverses campagnes contre l’Iran, la Libye et la Syrie. Au cours des derniers mois, elle s’est illustrée en intoxiquant le Conseil des Droits de l’homme de Genève de manière à faire adopter par le Conseil de sécurité une résolution autorisant la guerre contre la Libye. Les imputations de Mme Nossel ont été démenties depuis.

Repost 0
Published by enricpatrick
commenter cet article
10 décembre 2011 6 10 /12 /décembre /2011 01:22

Suzanne Nossel, ancienne assistante de Richard Holbrooke lorsqu’il était ambassadeur à l’ONU et actuelle assistante d’Hillary Clinton pour les organisations internationales, devient directrice exécutive d’Amnesty International USA. Elle s’est appliquée dans ses fonctions au département d’État à instrumenter les Droits de l’homme au service des ambitions impériales.

Mme Nossel avait travaillé par le passé pour Human Rights Watch, ainsi que pour Bertelsmann Media Worldwide et pour l’administration du Wall Street Journal.

Le Conseil d’administration d’Amnesty International USA a considéré que l’engagement de Suzanne Nossel au sein des administrations Clinton et Obama était un gage de compétence et ne lui a pas tenu rigueur des crimes commis en Yougoslavie, Afghanistan, Irak, Liban etc.

Mme Nossel est à l’origine de diverses campagnes contre l’Iran, la Libye et la Syrie. Au cours des derniers mois, elle s’est illustrée en intoxiquant le Conseil des Droits de l’homme de Genève de manière à faire adopter par le Conseil de sécurité une résolution autorisant la guerre contre la Libye. Les imputations de Mme Nossel ont été démenties depuis.

Repost 0
Published by enricpatrick
commenter cet article
10 décembre 2011 6 10 /12 /décembre /2011 01:19

Suzanne Nossel, a former assistant to Richard Holbrooke when he was UN ambassador and current assistant to Hillary Clintonfor international organizations, is Executive Director of Amnesty International United States. She applied in office at the State Department to instrument the human rights to serve the imperial ambitions.

Ms. Nossel had previously worked for Human Rights Watch, as well as Bertelsmann Media Worldwide and the administration of the Wall Street Journal.

The Board of Directors of Amnesty International considered that the United States commitment to Suzanne Nossel in the Clinton and Obama administrations was a guarantee of competence andhas not held against the crimes committed in Yugoslavia, Afghanistan, Iraq, Lebanon etc. .

Ms. Nossel has led various campaigns against Iran, Libya and Syria. In recent months she has shown in intoxicating the Councilof Human Rights in Geneva in order to be adopted by the Security Council resolution authorizing a war against Libya. Theimputations of Ms. Nossel has been denied since.

Repost 0
Published by enricpatrick - dans article en français
commenter cet article