Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
30 août 2013 5 30 /08 /août /2013 21:46

Pretending to believe in a chemical attack on the Syrian government against its own people , Washington , London and Paris are beating the drums of war. Should we take these threats seriously from States announced as imminent , since more than two years , the fall of Syria? Although one should not exclude this option, it is less likely that an intervention organized by Saudi Arabia. This agitation would rather aim to test the responses of Russia and Iran .

 

 

What fly has stung the Nobel Peace Prize Barack Obama? Sunday, August 25 , the White House issued a statement in which an anonymous senior official said that there is " little doubt" the use by Syria chemical weapons against his opposition. The statement added that Syria 's agreement to let in the UN inspectors in the area is "too late to be credible ."

 

If the use of chemical weapons on the outskirts of Damascus , Wednesday, August 21, 2013 is likely , the Security Council of the United Nations has not concluded that the fact that the Syrian government. Emergency meeting at the request of the West, the ambassadors were surprised to see their Russian colleague present their satellite photos showing the firing of two rounds at 1:35 am, from the rebel zone Duma in rebel areas affected by gas (at Jobar and between Arbin and Zamalka ) at times coinciding with disorders related. The pictures do not tell us whether it is chemical shells , but they suggest that the " Brigade of Islam" , which occupies Duma has made a stone three times : first remove the support of his rivals in the opposition , on the other hand accuse Syria of using chemical weapons , finally disrupt the offensive of the Syrian Arab army to clear the capital.

 

If the Syrian government , as his enemy - Israel is not a signatory to the Convention against chemical weapons and has large stocks , the jihadists have also , as confirmed by Carla Del Ponte, to the fury of the High Commissioner for Human Rights. In December , the Free Syrian Army had released a video showing a chemical laboratory and threatening the Alawites . This week, the government discovered several caches of chemical weapons, gas masks and antidotes in the suburbs of Damascus. The products came from Saudi Arabia, Qatar, the United States and the Netherlands . It is also at the request of the Syrian government, not the West , as UN inspectors are present in Syria for two weeks to investigate allegations of use. Finally , on 29 May 2013, the Turkish police arrested a dozen members of the Al- Front Nosra and seized chemical weapons were to be used in Syria.

 

However, President Obama met Friday 's National Security Council to review the Power attack options against Syria in the presence of Ambassador Samantha , leading liberal hawks . He decided to strengthen the U.S. military presence in the Mediterranean by sending a fourth destroyer, loaded with cruise missiles , the USS Ramage . It adds to the USS Gravely , USS Barry and USS Mahan is maintained in the zone when he had to return to port.

 

Saturday he called on the phone with British Prime Minister David Cameron. And on Sunday , he spoke with French President Francois Hollande. The three men agreed that it had to be done without specifying how. Sunday again, the Secretary of State John Kerry called his British , French , Canadian and Russian counterparts to say that the United States was convinced that Syria had crossed the "red line" . If the first three speakers listened finger on the seam of the pants, the Russian Sergey Lavrov expressed surprise that Washington is pronounced before the report of the UN inspectors . He answered on the " extremely grave consequences " that represents an intervention in the region.

 

Monday the French defense minister , Jean -Yves Le Drian was in Qatar and was to go to the UAE to coordinate with them. While the Israeli national security adviser , General Yaakov Amidror , was received at the White House. During a telephone conversation between the British Prime Minister David Cameron and Russian President Vladimir Putin , it stressed that there was no evidence of use of chemical weapons by Syria. For its part, the Chinese Vice- Minister of Foreign Affairs , Li Baodong , called his U.S. counterpart , Wendy R. Sherman, to call the United States to exercise restraint. Aware of the risk of a regional war in which Christians would suffer , Francis Pope reiterated his call for peace .

 

Should we therefore think that the West will go to war without a mandate from the Security Council, as NATO did in Yugoslavia? This is unlikely because at the time Russia was in ruins, today it should intervene after issuing three vetoes to protect Syria or waive any international action. However Sergey Lavrov has wisely rejected a Third World War . He said that his country was not ready to go to war against anyone , even about Syria. It could therefore be an indirect intervention in support of Syria , as China did during the Vietnam War .

 

Iran then informed through his Deputy Chief of Staff , Massoud Jazayeri , that for him the attack on Syria would be crossing the "red line" and that if she went to act , the White House endure "serious consequences." While Iran has neither the resources of Russia, or alliances , but it is certainly one of the top 10 global military powers. Therefore, attacking Syria is to take the risk of retaliation against Israel and uprisings in much of the Arab world, including Saudi Arabia. The recent intervention of the Lebanese Hezbollah and the statements of its Secretary General Hassan Nasrallah , such as the Palestinian organization PFLP- General Command , leave no doubt.

 

Questioned by the Russian press , Syrian President Bashar al -Assad , said: "The statements made by politicians united Americans , Western and other countries is an insult to common sense and an expression of contempt for public opinion their peoples. This is nonsense : we first accused , then the evidence they gather . This task is carried out by a powerful country , the United States ( ... ) This kind of accusation is purely political , they respond to the series of victories recorded by government forces on the terrorists. "

 

In Russia, the President of the Foreign Affairs Committee of the Duma, the journalist and geopolitics Alexei Pushkov , commented on his Twitter account : " Washington and London have said Assad guilty before the conclusions of UN inspectors . They will not accept a guilty verdict . Any verdict will be rejected . "

 

The principle of a new war in Syria bad frame with the economic problems of the United States and Europeans. If selling weapons is a way to earn money , destroy a state without hope of return in the short or medium term , can worsen the situation.

 

According to a Reuters / Ipsos poll conducted after the attack of 21 August , 60% of United Uniens opposed intervention in Syria against 9% who support it . They were convinced of the use of chemical weapons in Syria, they remain 46% to oppose the war and become 25% support it. The same survey indicates that Americans like even less the secret war : while 89 % said it should not be to arm the rebels, against 11% who want to arm again. Finally, four options were offered to respondents : airstrikes ( supported by 12%), creating a no-fly zone ( 11%), the financing of a multinational force ( 9%), and direct U.S. action ( 4%).

In France , Le Figaro , published by the arms dealer Dassault, has asked his readers at the end of the day, they were 79.60 % to oppose the war against 20.40% in support .

It will certainly be difficult for Westerners to turn public opinion and go to war.

 

Another interpretation of events is possible: some videos showing the victims of chemical attacks circulated on the Internet a few hours before the attacks . It will always be possible for Westerners to "discover" the deception in time and backtracking . However the case of chemical weapons in Iraq has shown that Westerners could lie to the international community to recognize harmless once their package done.

 

The charges jihadists and their Western sponsors involved while the Syrian Arab Army launched a major offensive , "Shield of Damascus " to release the capital. The shot of the two shells of the " Brigade of Islam " are at the beginning of the offensive , which was held for 5 days and resulted in significant losses among jihadists ( at least 1,500 killed and wounded , about 25,000 present). All this agitation may be only psychological warfare to both hide this defeat and attempt to cripple the Syrian offensive. This is mainly a way for Washington to test the Iranian response after the election of Sheikh Hassan Rohani to his presidency. And it is now clear that it will not oppose the policy of the Supreme Leader , Ayatollah Ali Khamenei.

 

However, during the war against Libya , I had underestimated the ability of the United States to violate all the rules , including those of NATO. While it based on documents of the Atlantic Alliance, I insisted on the long resilience of the Libyan armed opposition to his face , I ignored the holding of a secret meeting of the NATO base in Naples in the back of the Atlantic Council . At the time, the United States , the United Kingdom, France , Denmark and Turkey, and Israel , Qatar and Jordan planned in secret use of Alliance assets to bomb Tripoli [ 1 ] . Not trusting their allies , they knew opposed to attack so costly in human lives , they had not been warned. The Atlantic Alliance was no longer a proper Alliance, an ad hoc coalition. In a few days , taking Tripoli made ​​at least 40,000 deaths, according to internal reports of the Red Cross. Such a device may be being organized : the Chiefs of Staff of approximately the same states , plus Saudi Arabia and Canada, gathered since Sunday and until tonight in Amman under the chairmanship of the CentCom commander , General Lloyd J. Austin III. They are considering five options (supplies of weapons to the Contras ; bombing target , creating a no-fly zone , establishment of buffer zones and land invasion ) .

 

The Atlanticist press calls to war. The London Times ad .

 

President Barack Obama could well follow the war plan drawn up by his predecessor George W. Bush on 15 September 2001, which provided , in addition to attacks on Afghanistan and Iraq, those of Libya and Syria , and revealed the former Commander of NATO , General Wesley Clark [ 2 ] . Except that , for the first time , the target has strong alliances.

 

However, the new U.S. rhetoric contradicts all the efforts of the Obama administration last year that applied to eliminate obstacles to the holding of the conference in Geneva 2 : resignation of General David Petraeus and supporters of the war secret , non- reappointment of Hillary Clinton and ultra -Zionist ; indictment of irreducible opposition to an alliance with Russia, especially within NATO and the missile shield . It also contradicts the efforts of John Brennan cause clashes in the Syrian armed opposition to demand the abdication of the Emir of Qatar , and to threaten Saudi Arabia.

 

Syrian side , we are preparing as much as is possible for any eventuality, including a bombing by NATO against command centers and coordinated an attack by jihadists against the capital ministries. However, the most likely option is not triggering a regional war that would overflow the Western powers. It is an attack in the fall , supervised by Saudi Arabia and endorsed by the fighters it currently recruiting . Eventually, this process could be supported by the Arab League.

Repost 0
Published by enricpatrick - dans article en anglais
commenter cet article
30 août 2013 5 30 /08 /août /2013 21:38

Faisant mine de croire à une attaque chimique du gouvernement syrien contre son propre peuple, Washington, Londres et Paris battent les tambours de la guerre. Faut-il prendre ces menaces au sérieux de la part d’États qui annoncent comme imminente, depuis plus de deux ans, la chute de la Syrie ? Bien qu’il ne faille pas exclure cette option, elle est moins probable qu’une intervention organisée par l’Arabie saoudite. Cette agitation aurait plutôt comme objectif de tester les réponses de la Russie et de l’Iran.

 

 

Quelle mouche a donc piqué le Prix Nobel de la Paix Barack Obama ? Dimanche 25 août, la Maison-Blanche a diffusé un communiqué dans lequel un haut-fonctionnaire anonyme explique qu’il y a « très peu de doutes » de l’usage par la Syrie d’armes chimiques contre son opposition. Le communiqué ajoute que l’accord de la Syrie pour laisser pénétrer les inspecteurs de l’Onu dans la zone concernée vient « trop tard pour être crédible ».

Si l’usage d’armes chimiques dans la banlieue de Damas, le mercredi 21 août 2013 est fort probable, le Conseil de sécurité des Nations-Unies n’a pas conclu qu’il était le fait du gouvernement syrien. Réuni en urgence à la demande des Occidentaux, les ambassadeurs ont eu la surprise de voir leur collègue russe leur présenter des photos satellites montrant le tir de deux obus, à 01h35 du matin, depuis la zone rebelle de Douma dans les zones rebelles affectées par les gaz (à Jobar et entre Arbin et Zamalka) à des heures coïncidant avec les troubles relatés. Les photos ne permettent pas de savoir s’il s’agit d’obus chimiques, mais elles laissent penser que la « Brigade de l’islam », qui occupe Douma, a fait d’une pierre trois coups : d’une part éliminer les soutiens de ses rivaux au sein de l’opposition, d’autre part accuser la Syrie d’avoir recours aux armes chimiques, enfin perturber l’offensive de l’armée arabe syrienne pour dégager la capitale.

Si le gouvernement syrien —comme son ennemi israélien— n’est pas signataire de la Convention contre les armes chimiques et dispose de stocks importants, les jihadistes en ont aussi, comme l’a confirmé Carla del Ponte à la grande fureur du haut-Commissaire aux Droits de l’homme. En décembre, l’Armée syrienne libre avait diffusé une vidéo montrant un laboratoire chimique et menaçant les alaouites. Cette semaine, le gouvernement a découvert plusieurs caches d’armes chimiques, de masques à gaz et d’antidotes, dans la banlieue de Damas. Les produits provenaient d’Arabie saoudite, du Qatar, des États-Unis et des Pays-Bas. C’est d’ailleurs à la demande du gouvernement syrien, et non des Occidentaux, que des inspecteurs de l’Onu sont présents en Syrie pour deux semaines, afin d’enquêter sur les allégations d’usage. Enfin, le 29 mai 2013, la police turque a arrêté une douzaine de membres du Front Al-Nosra et saisi des armes chimiques qui devaient être utilisées en Syrie.

Pourtant, vendredi le président Obama réunissait son Conseil national de sécurité pour examiner les options d’attaque contre la Syrie en présence de l’ambassadrice Samantha Power, chef de file des faucons libéraux. Il décidait de renforcer la présence militaire US en Méditerranée en y envoyant un quatrième destroyer, chargé de missiles de croisière, l’USS Ramage. Il s’ajoute à l’USS Gravely, l’USS Barry et l’USS Mahan qui est maintenu sur zone alors qu’il devait rentrer au port.

Samedi il appelait au téléphone le Premier ministre britannique David Cameron. Et dimanche, il parlait avec le président français François Hollande. Les trois hommes convenaient qu’il fallait intervenir sans préciser de quelle manière. Dimanche encore, le secrétaire d’État John Kerry appelait ses homologues britannique, français, canadien et russe pour leur dire que les États-Unis avaient la conviction que la Syrie avait franchi la « ligne rouge ». Si ses trois premiers interlocuteurs l’écoutaient petit doigt sur la couture du pantalon, le Russe Sergey Lavrov s’étonna que Washington se prononce avant le rapport des inspecteurs des Nations Unies. Il lui répondit sur les « conséquences extrêmement graves » que représente une intervention dans la région.

Lundi le ministre français de la Défense, Jean-Yves Le Drian était au Qatar et devait se rendre aux Émirats pour se coordonner avec eux. Tandis que le conseiller de sécurité nationale israélien, le général Yaakov Amidror, était reçu à la Maison-Blanche. Lors d’un entretien téléphonique entre le premier ministre britannique David Cameron et le président russe Vladimir Poutine, ce dernier a souligné qu’il n’existait aucune preuve de l’usage d’armes chimiques par la Syrie. De son côté, le vice-ministre des Affaires étrangères chinois, Li Baodong, a téléphoné à son homologue US, Wendy R. Sherman, pour appeler les États-Unis à la retenue. Conscient du risque de guerre régionale dont les chrétiens seraient les premières victimes, le pape François Ier a réitéré ses appels à la paix.

Doit-on pour autant penser que les Occidentaux vont entrer en guerre sans mandat du Conseil de sécurité, comme l’Otan le fit en Yougoslavie ? C’est peu probable car à l’époque la Russie était en ruines, aujourd’hui elle devrait intervenir après avoir émis trois vétos pour protéger la Syrie ou renoncer à toute action internationale. Cependant Sergey Lavrov a sagement écarté une Troisième Guerre mondiale. Il a indiqué que son pays n’était pas prêt à entrer en guerre contre qui que ce soit, même à propos de la Syrie. Il pourrait donc s’agir d’une intervention indirecte de soutien à la Syrie, comme le fit la Chine durant la guerre du Vietnam.

L’Iran a alors fait savoir, par le biais de son chef d’état-major adjoint, Massoud Jazayeri, que pour lui l’attaque de la Syrie serait le franchissement de la « ligne rouge » et que, si elle passait à l’acte, la Maison-Blanche endurerait de « graves conséquences ». Certes l’Iran n’a ni les moyens de la Russie, ni ses alliances, mais elle fait certainement partie des 10 premières puissances militaires mondiales. Dès lors, attaquer la Syrie, c’est prendre le risque d’une riposte sur Israël et de soulèvements dans une grande partie du monde arabe, notamment en Arabie saoudite. L’intervention récente du Hezbollah libanais et les déclarations de son secrétaire général Hassan Nasrallah, comme celles de l’organisation palestinienne FPLP-Commandement général, ne laissent aucun doute.

Interrogé par la presse russe, le président syrien Bachar el-Assad, a déclaré : « Les déclarations émises par des politiciens états-uniens, occidentaux et d’autres pays constituent une insulte au bon sens et une expression de mépris envers l’opinion publique de leurs peuples. C’est un non-sens : d’abord on accuse, ensuite on rassemble les preuves. Cette tâche est menée par un pays puissant, les États-Unis (…) Ce genre d’accusation est exclusivement politique, elles répondent à la série de victoires enregistrées par les forces gouvernementales sur les terroristes ».

En Russie, le président de la Commission des Affaires étrangères de la Douma, le journaliste et géopoliticien Alexeï Pouchkov, a commenté sur son compte Twitter : « Washington et Londres ont déclaré Assad coupable bien avant les conclusions des inspecteurs de l’Onu. Ils n’accepteront qu’un verdict de culpabilité. Tout autre verdict sera rejeté ».

Le principe d’une nouvelle guerre en Syrie cadre mal avec les problèmes économiques des États-Unis et des Européens. Si vendre des armes est un moyen de gagner de l’argent, détruire un État sans espérer de retour sur investissement à court ou moyen terme, ne pourra qu’aggraver la situation.

Selon un sondage Reuters/Ipsos réalisé après l’attaque du 21 août, 60 % des États-Uniens sont opposés à une intervention en Syrie contre 9 % qui y sont favorables. S’ils étaient convaincus de l’usage d’armes chimiques par la Syrie, ils resteraient 46 % à s’opposer à la guerre et deviendraient 25 % à la soutenir. Le même sondage indique que les États-uniens apprécient encore moins la guerre secrète : ils sont 89 % à déclarer qu’il ne faut pas plus armer les rebelles, contre 11 % qui veulent les armer encore. Enfin, quatre options étaient proposées aux sondés : des frappes aériennes (soutenues par 12 %), la création d’une zone de non survol (11 %), le financement d’une force multinationale (9 %), et une intervention US directe (4 %). 
En France, Le Figaro, édité par le marchand d’armes Dassault, a posé la question à ses lecteurs : au bout d’une journée, ils étaient 79,60 % à s’opposer à la guerre contre 20,40 % à la soutenir. 
Il sera certainement difficile pour les Occidentaux de renverser leur opinion publique et d’entrer en guerre.

Une autre interprétation des événements est possible : certaines des vidéos montrant les victimes des attaques chimiques ont circulé sur Internet quelques heures avant les attaques. Il sera donc toujours possible aux Occidentaux de « découvrir » la supercherie le moment venu et de faire machine arrière. Cependant l’affaire des armes chimiques en Irak a montré que les Occidentaux pouvaient mentir à la communauté internationale et le reconnaître sans conséquence une fois leur forfait accompli.

Les accusations des jihadistes et de leurs sponsors occidentaux interviennent alors que l’Armée arabe syrienne lançait une vaste offensive, « Bouclier de Damas », pour dégager la capitale. Le tir des deux obus de la « Brigade de l’islam » correspondent au début de cette offensive qui s’est déroulée durant 5 jours et s’est soldée par d’importantes pertes parmi les jihadistes (au moins 1 500 blessés et tués, sur les 25 000 présents). Toute cette agitation peut n’être qu’une guerre psychologique à la fois pour masquer cette défaite et pour tenter de paralyser l’offensive syrienne. C’est surtout un moyen pour Washington de tester la réponse iranienne après l’élection de cheikh Hassan Rohani à sa présidence. Et il est désormais clair que celui-ci ne pourra pas s’opposer à la politique du Guide de la Révolution, l’ayatollah Ali Khamenei.

Cependant, durant la guerre contre la Libye, j’avais sous-estimé la possibilité des États-Unis de violer toutes les règles, y compris celles de l’Otan. Alors que, me basant sur des documents de l’Alliance atlantique, j’insistais sur la longue capacité de résistance de la Jamahiriya face à son opposition armée, j’ignorai la tenue d’une réunion secrète sur la base Otan de Naples, dans le dos du Conseil atlantique. À l’époque, les États-Unis, le Royaume-Uni, la France, le Danemark et la Turquie, ainsi qu’Israël, le Qatar et la Jordanie planifiaient en secret l’usage des moyens de l’Alliance pour bombarder Tripoli [1]. Ne faisant pas confiance à leurs alliés, qu’ils savaient opposés à une attaque si coûteuse en vies humaines, ils ne les avaient pas prévenus. L’Alliance atlantique n’était plus une Alliance proprement dite, mais une Coalition ad hoc. En quelques jours, la prise de Tripoli fit au moins 40 000 morts, selon les rapports internes de la Croix-Rouge. Un tel dispositif est peut-être en cours d’organisation : les chefs d’état-major d’à peu près les mêmes États, plus l’Arabie saoudite et le Canada, sont réunis depuis dimanche et jusqu’à ce soir à Amman, sous la présidence du commandeur du CentCom, le général Lloyd J. Austin III. Ils envisagent cinq options possibles (fournitures d’armes aux Contras ; bombardements ciblés ; création d’une zone de non-survol ; mise en place de zones tampons ; et invasion terrestre).

La presse atlantiste appelle à la guerre. Le Times de Londres l’annonce.

Le président Barack Obama pourrait ainsi suivre le plan de guerre établi par son prédécesseur George W. Bush, le 15 septembre 2001, qui prévoyait, outre les attaques de l’Afghanistan et de l’Irak, celles de la Libye et de la Syrie, ainsi que l’a révélé l’ancien commandeur de l’Otan, le général Wesley Clark [2]. Sauf que, pour la première fois, la cible dispose d’alliances sérieuses.

Toutefois, la nouvelle rhétorique US contredit l’ensemble des efforts de l’administration Obama depuis un an qui s’est appliquée à éliminer les obstacles à la tenue de la conférence de Genève 2 : démission du général David Petraeus et des partisans de la guerre secrète ; non-renouvellement du mandat d’Hillary Clinton et des ultra-sionistes ; mise en examen des opposants irréductibles à une alliance avec la Russie, notamment au sein de l’Otan et du Bouclier antimissiles. Il contredit également les efforts de John Brennan de provoquer des affrontements au sein de l’opposition armée syrienne ; d’exiger l’abdication de l’émir de Qatar ; et de menacer l’Arabie saoudite.

Côté syrien, on se prépare autant que se peut à toute éventualité, y compris un bombardement par l’Otan contre les centres de commandement et les ministères coordonné à un assaut des jihadistes contre la capitale. Cependant, l’option la plus probable n’est pas le déclenchement d’une guerre régionale qui déborderait les puissances occidentales. C’est une attaque, à l’automne, supervisée par l’Arabie saoudite, et endossée par les combattants qu’elle recrute actuellement. Éventuellement, cette opération pourrait être soutenue par la Ligue arabe.

Repost 0
Published by enricpatrick - dans article en français
commenter cet article
14 décembre 2012 5 14 /12 /décembre /2012 13:29

A través de los cuatro rincones del mundo, Nelson Mandela sirve héroe mítico que luchó contra el racismo del apartheid hasta el final de sus fuerzas, una lucha que lo llevó a pasar casi 28 años tras las rejas por último triunfo de ser liberado, participa activamente en el fin del apartheid y para eventualmente convertirse en presidente del país, donde fue encarcelado.

Tiene la imagen de un hombre valiente, bueno, firme, alabado por todas las élites (en particular Occidental) todos los actuales socialdemócratas y republicanos que basan su política en el capitalismo global ultraliberal y especulativa y ... precisamente lo que es de allí que debe subir a la duda. ¿Por qué un hombre que luchó por el bien de su pueblo giró destacó por las mismas personas que buscan dominar el mundo y enriquecimiento robando la plusvalía extraída riqueza inherente a los bienes comunes de la misma gente? ¿Por qué esta unanimidad? Algo está mal con este pintoresco personaje cuya historia está rodeada de un velo de misterio. Y vamos a tratar de ver más claramente en esta prueba.

 

- Los inicios de Mandela y su historia en la resistencia de la ANC.

 

Nelson Mandela nació el 18 julio de 1918 en Transkei, Sudáfrica, en la casa real de Thembus. Se licenció en Derecho en 1942 y fue en ese momento se unió al Congreso Nacional Africano (African National Congress - Congreso Nacional Africano, partido político fundado en 1912 para defender los intereses de la mayoría contra la minoría negro Blanca, una lucha para derrocar al partido socialdemócrata orden. 's va a establecer vínculos con el Partido Comunista de Sudáfrica de 1930). En 1944, Nelson Mandela, Walter Sisulu y Oliver Tambo fundó la Liga Juvenil del ANC, más radical que su predecesor en su modo de expresión, las manifestaciones de masas partidarias de dar el poder político blanco. Luego vino 1948, el año horrible. Para sorpresa de todos, el Partido Nacional ganó las elecciones blanco en el temor de "gevaar Swart" (el "peligro negro") y su programa: "Die Kaffer op sy plek" ("El negro en su lugar"). El primer ministro, un ex pastor de la Iglesia Reformada Holandesa, el Dr. Daniel Malan, construido inmediatamente, ladrillo por ladrillo, estatuto por estatuto, la pared del "apartheid grand" (en contraposición a la "apartheid chica" que había prevalecido hasta uno). El apartheid es una palabra afrikaans (después del idioma holandés), que significa separación. Es un sistema de segregación de las personas de color (negro, color e indios) que se aplica en Sudáfrica hasta 1994.

 

Este es el nombre de este régimen que se dirige desde 1948 hasta 1992 el orden racial en el estado sudafricano. Toda la vida fue codificado estrictamente un conjunto de leyes para cada comunidad extremadamente precisa, desde los bancos asignados a este grupo racial. Todo ciudadano debe poseer un documento de identidad indicando su carrera. Esta política se basa también en una lucha anticomunista (el Partido Comunista fue prohibido en 1950, miembros del Partido Comunista se había unido al ANC) para legitimar ideológicamente al mundo.

 

Esta es la lucha de la intensificación de la ANC, y en 1949 los lobos jóvenes "de la liga juvenil del ANC tomó el poder a la cabeza de la ANC. Poco a poco el movimiento está creciendo en población y en 1952, el reto de la campaña (el incumplimiento de las leyes del apartheid) que dura varios meses, cumpliendo con un gran éxito. Tanto es así que el 30 de julio de 1952, Mandela fue arrestado por la policía. Fue condenado, junto con otros compañeros de trabajo a nueve meses de duro, pero la sentencia se suspende por dos años. Nelson Mandela se convierte en peligrosa para el poder. Al mismo tiempo, el líder principal de la ANC ya se está preparando para la posibilidad de una prohibición, por lo tanto, el trabajo clandestino, pero no la lucha armada mientras Mandela comienza a pensar en contra de un polvo blanco que se vuelve cada vez más violento. Blanco Potencia Sophiatown pensamiento de afeitar, el municipio en las afueras de Johannesburgo rebelde. Frente a esta amenaza Mandela afirman que el tiempo para la resistencia pasiva se termina, la no violencia es una estrategia inútil, nunca derrocar a una minoría. Y no se equivocó porque Sophiatown ser borrado 09 de febrero 1955, a pesar de la resistencia de la población, pero sus habitantes llevan con ellos su rebelión en su nueva ciudad, llamada así por su ubicación geográfica: South West Townships: Soweto.

 

Y es en este clima que el 25 de junio y 26 de 1955 en Kliptown, la ANC aprobó la Carta de la Libertad, real a largo plazo manifiesto político. Por primera vez, la organización no sólo de criticar las leyes del apartheid, pero sugiere que el advenimiento de una Sudáfrica democrática y no racial. Otra pregunta. Otros miembros del personal. Otra reacción de potencia. Esto es demasiado para los poderes fácticos que demostraron una represión cada vez más difícil.

 

Así, 05 de diciembre 1955 Mandela en Soweto y otros 91 miembros del ANC fueron acusados de alta traición, incurren en la pena de muerte! Trial (llamado "El juicio de traición a la patria"), por lo tanto, se iniciará este año y finalizará el 29 de marzo de 1961, 5 años en un gran evento que cambiará la faz de Sudáfrica interna como externamente.

El 21 de marzo de 1960, la masacre de Sharpeville. En este pequeño pueblo 50 kilómetros al sur de Johannesburgo, la policía abrió fuego contra los manifestantes. Balance de muertos setenta y nueve. La comunidad internacional condena y algunos países de adoptar sanciones. En este mismo 1960 años, el ANC y organizaciones negras fueron prohibidos después de la masacre de Sharpeville.

 

Mientras tanto, "El juicio de traición a la patria" se convierte demostración por parte de los acusados. El tribunal de Pretoria se convierte en una especie de foro permanente para la ANC. Los abogados de la defensa ejecutar más de una vez que los fiscales ridículo. En la prensa internacional se hizo eco. Prefiero dejar de costos de energía. 29 de marzo 1961, el juez Rumpff concluye: "Los acusados son declarados no culpables y absueltos. ".

Nelson Mandela deja audiencia pública pero de inmediato entra en el subterráneo.

 

En junio de 1961, el ANC celebró una reunión clandestina, uno de los más grandes de su historia. A propuesta de Mandela, y después de horas de acalorado debate, el movimiento anti-apartheid decidió lanzar una lucha armada por la creación de una organización militar. Nombre: Umkhonto we Sizwe (la Lanza de la Nación). Su líder Nelson Mandela. Su asiento Granja Liliesleaf, Rivonia ", un suburbio al norte de Johannesburgo bucólico". Aquí es donde Mandela lee Sobre la guerra de von Clausewitz, el Menachem Begin Revuelta. Documenta los ejércitos guerrilleros de Kenia, Argelia y Camerún, antes de ir en el sitio durante 1962. Desarrolla explosivos y comienza a dirigir las primeras operaciones militares.

El 05 de agosto 1963 Mandela fue arrestado después de la denuncia de los vecinos. Tenía cuarenta y cuatro años. Durante su juicio, Mandela, en un tribunal de congelado y en silencio, hizo una declaración suena:

 

"Durante toda mi vida, me dedico a la lucha de los pueblos africanos. He luchado contra la dominación blanca y he luchado contra la dominación negro. Mi ideal era el más caro de una sociedad libre y democrática en la que todas las personas vivan juntas en armonía y con igualdad de oportunidades. Espero vivir lo suficiente para llegar a él. Pero si es necesario, es un ideal por el cual estoy preparado para morir. '

 

Fue condenado a cadena perpetua, pasó casi 28 años. El CNA está completamente desmantelado.

 

- El año prisión, las negociaciones misteriosas y liberación.

 

Durante sus 28 años en la cárcel, tratará de continuar la lucha ideológica a través de discusiones políticas con sus compañeros de prisión, y sobre todo mantener el contacto con el exterior, con la ayuda de un preso común apodado Joe mi Baby, que entran y salen de prisión fraude mensajes. Mientras tanto, fuera del gobierno sudafricano, basado en la lucha contra la amenaza comunista, disfrutó de la indiferencia del apoyo de la comunidad internacional para ver algunas (EE.UU. e Israel, entre otros). Desde 1959, el gobierno de Sudáfrica en su política de beneficiar a acentuar los bantustanes para mover a la gente negra (que vivía en su mayoría en el municipio), por grupo étnico escribiendo los territorios designados en bantustanes. Territorio que veremos una mayor autonomía cuasi-independencia, esta era una manera de reducir algunos de los derechos de que disfrutan siquiera los negros en Sudáfrica. Y a partir de 1970, debe poder retirar la ciudadanía sudafricana a todos los que vivían en los bantustanes. Su objetivo era claro ahora, que ya no debe seguir siendo un negro de Sudáfrica.

 

Luego vino la insurrección en el municipio de Soweto en 1976. Los disturbios de Soweto fueron una manifestación de adolescentes negros en Sudáfrica 16 de junio 1976, en protesta contra la imposición de la enseñanza del idioma afrikaans exclusiva y se intensificó cuando la policía abrió fuego. El registro es oficialmente 23 muertos y heridos 220, pero el registro actual no es realmente conocida. Estamos hablando de cientos de muertos, y es a veces 575 muertos, entre ellos 570 negros. Los últimos miembros de la ANC que se exiliaron en el extranjero para enviar ganancias, mientras que muchos activistas mantienen protesta contra el régimen blanco y unirse a los nuevos reclutas Umkhonto we Sizwe. Desde 1977, el sabotaje de la ANC se vio cada vez más y algunos de ellos son asesinos. A partir de esta fecha los disturbios propagan en todos los municipios del país y su impacto en la opinión pública internacional fue tal que en 1977 obligó a la ONU a declarar un embargo de venta de armas a África Sur. La represión gubernamental se intensifica a medida que resulta en múltiples arrestos.

 

En los años 80, el fuego continuará su expansión, así como las controversias internacionales que involucran el boicot de Sudáfrica (como es actualmente el movimiento BDS contra Israel). Por otra parte, con la caída de más cierta del régimen soviético, el gobierno sudafricano no podía seguir utilizándose siempre para legitimar el fantasma comunista su política racista. El surgimiento de un nuevo orden mundial sobre cómo la democracia liberal poner a los líderes de Sudáfrica frente a una opción de supervivencia ... el gobierno del apartheid está desesperado, aislado en la escena internacional, se esfuerza por reprimir las manifestaciones contra el régimen en los municipios, la historia se está moviendo y debemos encontrar una manera de salir de la "libre". Luego, en 1982, Nelson Mandela fue trasladado a la prisión de Pollsmoor y tiene un "trato preferencial". Estrategia pone de manifiesto el 31 de enero de 1985. Ese día, P. W. Botha, el primer ministro propone liberar el más antiguo prisionero político en el mundo si rechaza "la violencia sin condiciones políticas". Mandela se niegan y luego comenzar las negociaciones, las negociaciones se mantendrán en secreto y hasta hoy no se sabe muy bien lo que se negoció (según lo declarado por Gbagbo) a excepción de algunos detalles como el hecho de que Mandela rechazó la idea de un poder de veto para las instituciones de minoría blanca en el futuro. Entre 1988 y 1989, las negociaciones acelerar, Frederik de Klerk reemplaza Botha, en agosto de 1989, el jefe del Estado sudafricano. El Muro de Berlín cayó, el gobierno del apartheid ya no puede pretender oponerse a la ANC para detener la expansión comunista, Sudáfrica está en el lado equivocado de la historia, tenemos que actuar con rapidez.

 

Fue entonces que el 2 de febrero de 1990, De Klerk anunció la liberación de Mandela y el fin de la prohibición del ANC. 11 de febrero de Mandela cruzar a pie los últimos metros de su "largo camino hacia la libertad".

 

- Fin del apartheid, el presidente y la gloria.

 

Negociaciones constitucionales sobre el futuro de Sudáfrica comenzará desde el gobierno del ANC, el Partido Nacional y otros movimientos negros ni conservantes. Nelson Mandela Tambo le sucedió en la dirección de la ANC en 1991. Dirige las negociaciones abiertas con el Partido Nacional de FW de Klerk y negocia la liberación del apartheid. El apartheid fue abolido en junio de 1991, una abolición completamente validado en marzo de 1992 por los "blancos", con todas las reformas constitucionales negociadas.

 

En diciembre de 1993, FW de Klerk y Nelson Mandela son a la vez el premio Nobel de la Paz.

 

El 27 de abril de 1994, las primeras elecciones multirraciales en la historia del país da una clara victoria del ANC (65%). El presidente del partido, Nelson Mandela fue elegido presidente por el nuevo parlamento, mientras que siete de las nueve provincias fueron ganadas por el ANC. Fue presidente hasta 1999, que no se presentará a la reelección.

 

- ¿Entonces por qué el título: "La traición de un héroe"?

 

En vista de su biografía, todo lleva a creer que el título de héroe que se merece y no me niego, Mandela fue un gran hombre que luchó por una causa noble, pero sólo ver lo que el hallazgo de la Sudáfrica hoy para entender su traición.

La conclusión hoy es que después de dieciséis años de democracia, Sudáfrica es el campeón mundial de la desigualdad: la población negro, que representa el 80% de la población controla sólo el 5% de la riqueza. Sólo una pequeña fracción (3%) de las tierras cultivables de propiedad de agricultores blancos (87%) fueron trasladados a los negros desde 1994. Estamos muy lejos de alcanzar las promesas de igualdad.

La conclusión es clara, el orden económico nunca fue cuestionado y desafiado el orden racial ha permitido sólo una pequeña minoría de la gentrificación negro y unirse a la gran burguesía blancos en la defensa de sus intereses sociales.

 

Mandela se convirtió en el héroe de las élites capitalistas de todo el mundo (hay un consenso impuesto por la ideología de los medios de comunicación en sus manos) porque él no tocó el bolso, dejó Sudáfrica para continuar en una precipitada carrera hacia el capitalismo global, la más violenta posible para la gente pobre ...

Él nunca dio detalles de las negociaciones que precedieron a su liberación, probablemente debido a que se ha comprometido a vender (por consentimiento o conocimiento del tema), su lucha, su legitimidad y su gente a las peores tiburones capitalistas y el retorno financiero para el final de la discriminación racial. No se puede borrar décadas de desigualdades sociales basadas en las diferencias raciales en un modelo de sociedad capitalista ... es una tontería absoluta sabiendo que el capitalismo crea más desigualdad. Hubiera tenido que imponer una sociedad socialista y justo donde está la gente que disfruta de la riqueza derivada del valor añadido en beneficio de todos los sudafricanos a la imagen de Hugo Chávez en Venezuela (que es satanizado en Occidente, ya que afecta ... donde duele).

Que quede claro en el propósito de Mandela no es Lumumba Sankara fue asesinado por su apoyo político del pueblo que eligió a pesar de los intereses de los tiburones capitalistas e imperialistas. Sudáfrica Mandela se convirtió en los negros que disparan a otros negros, los negros que viven en una miseria aún mayor que durante el apartheid (hasta el punto de lamentar el tiempo) y asesinaron a los agricultores blancos.

 

El fin del apartheid es una estafa para el pueblo de Sudáfrica.

Repost 0
Published by enricpatrick - dans article en espagnol
commenter cet article
14 décembre 2012 5 14 /12 /décembre /2012 13:10

Through the four corners of the world, Nelson Mandela serves mythical hero who fought against the racism of apartheid to the end of his strength, a fight that led him to spend nearly 28 years behind bars for finally triumph being released, actively participating in the end of apartheid and to eventually become President of the country where he was imprisoned.

It has the image of a brave man, good, steadfast, praised by all the elites (in particular Western) all current social democrats and republicans who base their policy on the ultra-liberal global capitalism and speculative and ... precisely what is from there that should rise to doubt. Why a man who fought for the good of his people turned up highlighted by the very people who seek world domination and enrichment robbing the surplus value extracted wealth inherent in the common goods of the same people? Why this unanimity? Something wrong with this colorful character whose story is surrounded by a veil of mystery. And we will try to see more clearly in this test.

 

- The beginnings of Mandela and his history in the resistance of the ANC.

 

Nelson Mandela was born 18 July 1918 in Transkei, South Africa in the royal house of Thembus. He graduated in law in 1942 and it was at this time he joined the ANC (African National Congress - African National Congress, a political party founded in 1912 to defend the interests of the black majority against the minority white, a fight to overthrow the social order.'s party will establish links with the Communist Party of South Africa from 1930). In 1944 Nelson Mandela, Walter Sisulu and Oliver Tambo founded the Youth League of the ANC, more radical than its predecessor in its mode of expression, partisan mass demonstrations to give the white political power. Then came 1948, the year horrible. To everyone's surprise, the National Party won the elections white on the fear of "Swart Gevaar" (the "black peril") and his program: "Die Kaffer op sy plek" ("The negro in his place"). The Prime Minister, a former pastor of the Dutch Reformed Church, Dr Daniel Malan, built immediately, brick by brick, statute by statute, the wall of "grand apartheid" (as opposed to the "petty apartheid" that had prevailed until one). Apartheid is an Afrikaans word (after the Dutch language) which means separation. It is a system of segregation of people of color (black, colored and Indian) applied in South Africa until 1994.

 

This is the name of this regime that is directed from 1948 to 1992 the racial order in the South African state. Whole life was strictly codified set of laws for each community extremely accurate, up from benches assigned to this racial group. Every citizen must hold an identity card stating his race. This policy is also based on an anticommunist struggle (the Communist Party was banned in 1950, Communist Party members had joined the ANC) to legitimize ideologically to the world.

 

This is the fight of the ANC intensified, and in 1949 the young wolves "the youth league of the ANC took power at the head of the ANC. Gradually the movement is growing in population and in 1952, the campaign challenge (non-compliance with the laws of apartheid) that lasts several months, meeting a huge success. So much so that on 30 July 1952, Mandela was arrested by the police. He was sentenced, along with other comrades to nine months' hard labor, but the sentence is suspended for two years. Nelson Mandela becomes dangerous for power. At the same time, the core leader of the ANC is already preparing for the possibility of a prohibition, therefore clandestine work, but not the armed struggle while Mandela begins to think against a white power which becomes increasingly violent. Power white thinking shaving Sophiatown, the township on the outskirts of rebel Jo'burg. Faced with this threat Mandela assert that the time for passive resistance is finished, nonviolence is a strategy vain, she never overthrow a minority. And he was not wrong because Sophiatown be wiped February 9, 1955, despite the resistance of the population, but its inhabitants take with them their revolt in their new city, named after its geographic location: South West Townships: Soweto.

 

And it is in this climate that the 25 and 26 June 1955 in Kliptown, the ANC adopted the Freedom Charter, real long-term political manifesto. For the first time, the organization not only to criticize the apartheid laws, but suggests the advent of a democratic South Africa and non-racial. Another question. Other staff. Another reaction of power. This is too much for the powers that be who demonstrated a repression harder and harder.

 

Thus December 5, 1955 in Soweto Mandela and 91 other ANC members were accused of high treason, they incur the death penalty! Trial (called "The Trial of treason") will therefore begin this year and end on 29 March 1961, 5 years in a major event which will change the face of South Africa internally and externally.

On 21 March 1960, the Sharpeville massacre. In this small township 50 kilometers south of Johannesburg, police opened fire against demonstrators. Balance seventy-nine dead. International community condemns and some countries adopt sanctions. In this same year 1960, the ANC and black organizations were banned after the Sharpeville massacre.

Meanwhile "The trial of treason" turns demonstration on the part of defendants. The court Pretoria becomes a sort of permanent forum for the ANC. The defense lawyers run more than once prosecutors ridiculous. In the international press echoed. Prefer to stop power costs. March 29, 1961, Judge Rumpff concludes: "The accused are found not guilty and acquitted. ".

Nelson Mandela leaves open court but immediately enters the underground.

 

In June 1961, the ANC held a clandestine meeting, one of the largest in its history. On a proposal from Mandela, and after hours of heated debate, the anti-apartheid movement decided to launch an armed struggle by creating a military organization. Name: Umkhonto we Sizwe (the spear of the nation). Its leader Nelson Mandela. His seat Liliesleaf Farm, Rivonia, "a bucolic suburb north of Johannesburg." This is where Mandela reads On War by von Clausewitz, the Revolt Menachem Begin. It documents the guerrilla armies of Kenya, Algeria and Cameroon before going on site during 1962. It develops explosives and begins to lead the first military operations.

On 5 August 1963 Mandela was arrested after the denunciation of neighbors. He was forty-four years. During his trial, Mandela, in a courtroom frozen and silent, made ​​a ringing declaration:

 

"Throughout my life, I am dedicated to the struggle of the African people. I have fought against white domination and I have fought against black domination. My ideal was the most expensive one of a free and democratic society in which all persons live together in harmony and with equal opportunities. I hope to live long enough to reach it. But if necessary, it is an ideal for which I am prepared to die. '

 

He was sentenced to life in prison, he spent almost 28 years. The ANC is completely dismantled.

 

- The years prison, the mysterious negotiations and liberation.

 

During his 28 years in prison, he will endeavor to continue the struggle ideologically through political discussions with his fellow prisoners, and especially maintaining contact with the outside, with the help of a common prisoner nicknamed Joe my Baby, which enter and exit fraud messages prison. Meanwhile, outside the South African government, based on the fight against the communist threat, enjoyed the indifference of the international community's support to see some (U.S. and Israel among others). From 1959, the South African government in its policy benefit to accentuate the Bantustans to move black people (who lived mostly in the township), by ethnicity penning the territories named in Bantustans. Territory which shall see greater autonomy quasi-independence, this was a way to reduce some of the rights enjoyed even blacks in South Africa. And from 1970, to decide to withdraw the South African citizenship to all those who lived in the Bantustans. Their goal was now clear, it should no longer remain a black South Africa.

 

Then came the uprising in the township of Soweto in 1976. The Soweto riots were a manifestation of black adolescents in South Africa June 16, 1976, protesting against the imposition of Afrikaans language teaching exclusive and escalated when police opened fire. The record is officially 23 dead and 220 wounded, but the actual record is not really known. We're talking hundreds of deaths, and it is sometimes 575 dead, including 570 blacks. The last members of the ANC who were exiled abroad to send profits while many activists maintain protest against the white regime and new recruits join Umkhonto we Sizwe. From 1977, the sabotage of the ANC found itself growing and some of them are murderers. From this date the riots propagated in all townships in the country and their impact on international opinion was such that in 1977 forced the UN to declare an embargo on arms sales to Africa South. Government repression intensifies as resulting in multiple arrests.

In the 80s, the fire will continue to expand, as well as international disputes involving the boycott of South Africa (as is currently the BDS movement against Israel). Moreover, with the collapse of more certain of the Soviet regime, the South African government could not continue forever to be used to legitimize the Communist bogey its racist policy. The rise of new world order on how liberal democracy put the South African leaders face a choice of survival ... the apartheid government is desperate, isolated on the international stage, he struggles to suppress anti-regime rallies in the townships, the story is moving and must find a way to get out of "free". Then, in 1982 Nelson Mandela was transferred to Pollsmoor Prison and has a "preferential treatment." Strategy becomes clear to January 31, 1985. That day, P. W. Botha, the Prime Minister proposes to release the oldest political prisoner in the world if he rejects "unconditionally political violence." Mandela refuse and then begin negotiations, negotiations will be kept secret and even today we do not really know what it was negotiated (as stated by Gbagbo) except for a few details like the fact that Mandela refused the idea of a veto power for the white minority institutions in the future. Between 1988 and 1989, negotiations accelerate, Frederik de Klerk replaces Botha in August 1989 the head of the South African state. The Berlin Wall fell, the apartheid government can no longer claim to oppose the ANC to stop communist expansion, South Africa is on the wrong side of history, we must act quickly.

 

It was then that on 2 February 1990, de Klerk announced the release of Mandela and the end of the banning of the ANC. February 11, Mandela crossed on foot the last meters of his "long walk to freedom."

 

- End of apartheid, President and glory.

 

Constitutional negotiations on the future of South Africa start from the ANC government, the National Party and other black movements or preservatives. Nelson Mandela Tambo succeeded to the direction of the ANC in 1991. He leads the open negotiations with the National Party of FW de Klerk and negotiates the release of apartheid. Apartheid was abolished in June 1991, a fully validated abolition in March 1992 by "whites" with all the constitutional reforms negotiated.

 

In December 1993, FW de Klerk and Nelson Mandela are both award the Nobel Peace Prize.

 

On 27 April 1994, the first multiracial elections in the country's history gives a clear victory for the ANC (65%). The party president, Nelson Mandela was elected president by the new parliament, while seven of the nine provinces were won by the ANC. He was President until 1999, he will not stand for re-election.

 

- So why the title: "The betrayal of a hero"?

 

In view of his biography, everything leads to believe that the title of hero is deserved and I do not deny, Mandela was a great man who fought for a noble cause but just see what the finding of the South Africa today to understand his betrayal.

The conclusion today is that after sixteen years of democracy, South Africa is the world champion of inequality: the black population, which represents 80% of the population control only 5% of wealth. Only a tiny fraction (3%) of arable land owned by white farmers (87%) were transferred to blacks since 1994. We are far from the promises of equality.

The conclusion is clear, the economic order was never questioned and challenged the racial order has allowed only a small minority of black gentrification and join the big bourgeoisie whites in the defense of their social interests.

 

Mandela became the hero of capitalist elites around the world (there is a consensus imposed by the ideology of the media in their hands) because he did not touch the bag, he left South Africa to continue in a headlong rush to global capitalism the most violent possible for poor people ...

He never gave details of the negotiations preceding its release, it's probably because it has agreed to sell (by consent or knowledge of the subject) his fight, its legitimacy and its people to the worst capitalist sharks and financial return for the end of racial. You can not erase decades of social inequalities based on racial differences in a model of capitalist society ... is absolute nonsense knowing that capitalism creates more inequality. Would have had to impose a socialist society and just where it is the people who enjoy the wealth derived from the value added for the benefit of all South Africans to the image of Venezuela's Hugo Chavez (who is demonized in the West as it affects ... where it hurts).

Let's be clear in purpose Mandela is not Lumumba Sankara were killed for their political support of the people who elected despite the interests of capitalist and imperialist sharks. South Africa Mandela became the blacks who shoot other blacks, blacks who live in misery even greater than under apartheid (to the point of regretting the time) and white farmers murdered.

 

The end of apartheid is a scam for the people of South Africa.

Repost 0
Published by enricpatrick - dans article en anglais
commenter cet article
14 décembre 2012 5 14 /12 /décembre /2012 13:06

Au travers des quatre coins du globe, Nelson Mandela fait office de héros mythique ayant lutté contre le racisme de l’apartheid jusqu’au bout de ses forces, un combat qui l’a amené à passer presque 28 ans derrière les barreaux pour finalement triompher en étant libéré, participant activement à la fin de l’apartheid puis pour finir par devenir le président de ce pays où il était emprisonné.
Il a l’image d’un homme courageux, bon, inébranlable, encensé par toutes les élites (en particuliers occidentales) de tous les courants sociaux-démocrates et républicains qui basent leur politique économique sur le capitalisme mondialisé ultra-libéral et spéculatif… et justement c’est à partir de là que doit naître le doute. Pourquoi un homme qui a combattu pour le bien de son peuple est-il monté en exergue par ceux-là même qui visent la domination mondiale et l’enrichissement en spoliant la plus-value extraite des richesses inhérentes aux biens communs de ce même peuple ? Pourquoi cette unanimité ? Quelque chose cloche chez ce personnage haut en couleur dont l’histoire est entourée d’un voile de mystère. Et nous tenterons d’y voir plus clair dans cet essai.

- Les débuts de Mandela et son histoire au sein de la résistance de l’ANC.

Nelson Mandela est né le 18 juillet 1918 à Transkei en Afrique du Sud au sein de la maison royale des Thembus. Il obtient un diplôme de droit en 1942 et c’est à cette même période qu’il rejoint l’ANC (African National Congress – Congrès National Africain, un parti politique fondé en 1912, pour défendre les intérêts de la majorité noire contre la minorité blanche, un combat pour renverser l’ordre social. Le parti nouera des liens avec le parti communiste sud-africain à partir de 1930). En 1944 Nelson Mandela, Walter Sisulu et Oliver Tambo fondent la ligue de jeunesse de l’ANC, plus radicale que son aînée dans son mode d’expression, partisane de manifestations de masse pour faire céder le pouvoir politique blanc. Vient alors 1948, l’année horrible. A la surprise générale, le Parti national remporte les élections blanches, sur la peur du « Swart Gevaar » (le « péril noir ») et sur son programme : « Die kaffer op sy plek » (« Le nègre à sa place »). Le premier ministre, un ancien pasteur de l’Eglise réformée hollandaise, le Dr Daniel Malan, construit immédiatement, brique par brique, loi par loi, le mur du « grand apartheid » (en opposition à l’ »apartheid mesquin » qui prévalait jusque-là). L’apartheid est un mot afrikaans (langue issue du néerlandais) qui signifie séparation. C’est un régime de ségrégation des gens de couleur (noirs, métis et indiens) appliqué en Afrique du Sud jusqu’en 1994.

C’est au nom de ce régime que s’est ordonné de 1948 à 1992 l’ordre racial dans l’État sud-africain. Toute la vie quotidienne était rigoureusement codifiée par un ensemble de lois extrêmement précises pour chaque communauté, allant jusqu’aux bancs publics assignés à tel groupe racial. Tout citoyen devait détenir une carte d’identité précisant sa race. Cette politique s’appuyait aussi sur une lutte anticommuniste (le parti communiste fut interdit en 1950, les membres du parti communiste avait rejoint l’ANC) pour se légitimer idéologiquement aux yeux du monde.

De ce fait le combat de l’ANC s’intensifie, et en 1949 les jeunes loups de « la ligue de la jeunesse de l’ANC prennent le pouvoir à la tête de l’ANC. Petit à petit le mouvement prend de l’ampleur au sein de la population et en 1952, la campagne de défi (non-respect des lois d’apartheid) qui dure plusieurs mois, rencontre un énorme succès. A tel point que le 30 juillet 1952, Mandela est arrêté par la police. Il est condamné, avec d’autres camarades, à neuf mois de travaux forcés, mais la sentence reste suspendue pendant deux ans. Nelson Mandela devient dangereux pour le pouvoir. A cette même période, le noyau dirigeant de l’ANC se prépare déjà à l’éventualité d’une interdiction, donc d’un travail clandestin, mais pas encore de la lutte armée même si Mandela commence à y songer face à un pouvoir blanc qui devient de plus en plus violent. Un pouvoir blanc qui songe à raser Sophiatown, la township rebelle de la banlieue de Jo’burg. Face à cette menace Mandela affirmera que le temps de la résistance passive est terminé, la non-violence est une stratégie vaine, elle ne renversera jamais une minorité. Et il n’avait pas tort car Sophiatown sera rayée de la carte le 9 février 1955 malgré la résistance de la population, mais ses habitants emporteront avec eux leur révolte dans leur nouvelle ville, baptisée d’après son emplacement géographique : South West Townships : Soweto.

Et c’est dans ce climat que les 25 et 26 juin 1955, à Kliptown, l’ANC adopte la Charte de la liberté, véritable manifeste politique au long cours. Pour la première fois, l’organisation ne se contente pas de critiquer les lois d’apartheid, mais propose l’avènement d’une Afrique du Sud démocratique et non-raciale. Autre visée. Autre portée. Autre réaction du pouvoir. C’est trop pour le pouvoir en place qui fait preuve d’une répression de plus en plus dure.

C’est ainsi que le 5 décembre 1955, à Soweto Mandela et 91 autres membres de l’ANC sont accusés de haute trahison, ils encourent la peine de mort ! Le procès (nommé « Le Procès de la trahison ») débutera donc en cette année pour s’achever le 29 mars 1961, 5 ans durant lesquelles un événement majeur changera la face de l’Afrique du sud en interne et en externe.
Le 21 mars 1960, c’est le massacre de Sharpeville. Dans cette petite township à 50 kilomètres au sud de Johannesburg, la police ouvre le feu contre des manifestants. Bilan : soixante-neuf morts. La communauté internationale condamne et certains pays adoptent des sanctions. En cette même année 1960, l’ANC et les organisations noires sont interdites après le massacre de Sharpeville.

Pendant ce temps « Le procès de la trahison » tourne à la démonstration de la part des accusés. Le tribunal de Pretoria devient une sorte de tribune permanente pour l’ANC. Les avocats de la défense tournent plus d’une fois les procureurs en ridicule. La presse internationale s’en fait l’écho. Le pouvoir préfère arrêter les frais. Le 29 mars 1961, le juge Rumpff conclut : « Les accusés sont déclarés non coupables et acquittés. ».
Nelson Mandela sort libre du tribunal mais entre immédiatement dans la clandestinité.

En juin 1961, l’ANC tient une réunion clandestine, l’une des plus importantes de son histoire. Sur proposition de Mandela, et après des heures de débat houleux, le mouvement anti-apartheid décide de se lancer dans la lutte armée en créant une organisation militaire. Son nom : Umkhonto we Sizwe (le fer de lance de la nation). Son chef : Nelson Mandela. Son siège : la ferme de Liliesleaf, à Rivonia, « une banlieue bucolique au nord de Johannesburg ». C’est là que Mandela lit De la guerre de von Clausewitz, la Révolte de Menahem Begin. Il se documente sur les armées de guérilla du Kenya, d’Algérie et du Cameroun avant de se rendre sur place au cours de l’année 1962. Il met au point des explosifs et commence à diriger les premières opérations armées.
Le 5 août 1963, Mandela est arrêté suite à la dénonciation de voisins. Il a quarante-quatre ans. Au cours de son procès, Mandela, dans un prétoire glacé et silencieux, fait une déclaration retentissante :

« Au cours de ma vie, je me suis entièrement consacré à la lutte du peuple africain. J’ai lutté contre la domination blanche, et j’ai lutté contre la domination noire. Mon idéal le plus cher a été celui d’une société libre et démocratique dans laquelle tous vivraient en harmonie et avec des chances égales. J’espère vivre assez longtemps pour l’atteindre. Mais si cela est nécessaire, c’est un idéal pour lequel je suis prêt à mourir. »

Il est condamné à la prison à vie, il y passera presque 28 ans. L’ANC est totalement démantelée.

- Les années prison, les mystérieuses négociations et la libération.

Durant ses 28 ans en prison, il s’efforcera de continuer la lutte idéologiquement via les discussions politiques avec ses codétenus, et surtout le maintien du contact avec l’extérieur, grâce à l’aide d’un prisonnier de droit commun surnommé Joe my Baby, qui fait entrer et sortir en fraude des messages de la prison. Pendant ce temps là, en dehors le gouvernement sud-africain -s’appuyant sur la lutte contre la menace communiste- joui de l’indifférence de la communauté internationale voir de son appuie pour certains (USA et Israël entre autre). A partir de 1959, le gouvernement sud-africain en profitera pour accentuer sa politique des bantoustans visant à déplacer les populations noires (qui vivaient majoritairement dans les township), les parquant par ethnie dans des territoires nommés bantoustans. Territoire qui jouiront d’une autonomie accrue voir de quasi-indépendance, ceci était un moyen pour réduire les quelques droits dont bénéficiaient encore les Noirs en Afrique du Sud. Et à partir de 1970, le pouvoir décide de retirer la nationalité sud-africaine à tous ceux qui vivaient dans les bantoustans. Leur but était désormais claire, il ne devait plus rester un noir en Afrique du Sud.

Puis vint la révolte dans le township de Soweto en 1976. Les émeutes de Soweto étaient une manifestation d’adolescents noirs en Afrique du Sud le 16 juin 1976, protestant contre l’imposition de l’enseignement exclusif en langue afrikaans et qui dégénéra lorsque la police ouvrit le feu. Le bilan est officiellement de 23 morts et 220 blessés, mais le bilan réel n’est pas vraiment connu. On parle de plusieurs centaines de morts, et on avance parfois 575 morts dont 570 noirs. Les derniers membres de l’ANC qui s’étaient exilés à l’étranger en profite alors pour envoyer de nombreux militants entretenir la contestation contre le régime blanc et de nouvelles recrues rejoignent Umkhonto we Sizwe. À partir de 1977, les actions de sabotage de l’ANC retrouvé se multiplient et certains d’entre eux sont meurtriers. A partir de cette date les émeutes se propagèrent dans tous les townships du pays et leur répercussion dans l’opinion internationale fut telle qu’elle obligea en 1977 l’ONU à décréter un embargo sur les ventes d’armes à destination de l’Afrique du Sud. La répression du gouvernement s’intensifiera aussi, entraînant de multiples arrestations.

Dans les années 80, l’embrasement continuera de s’étendre, tout comme les contestations à l’échelle internationale entraînant l’appel au boycott de l’Afrique du sud (comme le fait actuellement le mouvement BDS contre Israël). De plus, avec l’effondrement de plus en plus certain du régime soviétique, le gouvernement sud-africain ne pouvait pas éternellement continuer à se servir de l’épouvantail communiste pour légitimer sa politique raciste. L’essor du nouvel ordre mondial sur le mode démocratie libérale mettait les dirigeants sud-africains face à un choix de survie… le gouvernement de l’apartheid est aux abois, isolé sur la scène internationale, il peine à réprimer les rassemblements anti-régime dans les townships, l’histoire est en marche et il se doit de trouver une solution pour s’en sortir « indemne ». C’est alors qu’en 1982 Nelson Mandela est transféré à la prison de Pollsmoor et bénéficie d’un « régime de faveur ». La stratégie du pouvoir devient claire le 31 janvier 1985. Ce jour-là, P. W. Botha, le premier ministre, propose de libérer le plus vieux détenu politique du monde s’il rejette « de façon inconditionnelle la violence politique ». Mandela refusera puis débutent alors des négociations, négociations qui seront tenues secrètes et même aujourd’hui nous ne savons pas réellement ce qui s’y était négocié (comme le disait Gbagbo) hormis quelques détails comme le fait que Mandela ait refusé l’idée d’un droit de veto pour la minorité blanche au sein des futures institutions. Entre 1988 et 1989, les négociations s’accélèrent, Frederik de Klerk succède à Botha en août 1989 à la tête de l’état sud-africain. Le mur de Berlin est tombé, le gouvernement de l’apartheid ne peut plus prétendre s’opposer à l’ANC pour enrayer l’expansion communiste, l’Afrique du Sud est du mauvais côté de l’histoire, il faut faire vite.

C’est alors que le 2 février 1990, de Klerk annonce la libération de Mandela et la fin de l’interdiction de l’ANC. Le 11 février, Mandela franchit à pied les derniers mètres de sa « longue marche vers la liberté ».

- Fin de l’apartheid, gloire et président.

Les négociations constitutionnelles sur l’avenir de l’Afrique du Sud commencent entre l’ANC, le gouvernement, le Parti National et les autres mouvements noirs ou conservateurs. Nelson Mandela succède à Tambo à la direction de l’ANC en 1991. Il mène les négociations ouvertes avec le Parti National de Frederik de Klerk et négocie la sortie de l’apartheid. L’apartheid est abolie en juin 1991, une abolition totalement validée en mars 1992 par les « blancs » avec l’ensemble des réformes constitutionnelles négociées.

En décembre 1993, Frederik de Klerk et Nelson Mandela se voient tous deux attribuer le Prix Nobel de la paix.

Le 27 avril 1994, les premières élections multiraciales de l’histoire du pays donnent une nette victoire à l’ANC (65%). Le président du parti, Nelson Mandela, est élu président de la république par le nouveau parlement alors que sept provinces sur neuf sont remportées par l’ANC. Il sera président jusqu’en 1999, il ne se représentera pas pour un nouveau mandat.

- Mais alors pourquoi ce titre : « La trahison d’un héros » ?

Au vu de sa biographie, tout laisse à croire que son titre de héros est mérité et je ne le nie pas, Mandela fut un grand homme qui a combattu pour une cause noble mais il suffit de voir le constat de ce qu’est l’Afrique du Sud aujourd’hui pour comprendre sa trahison.
Le constat d’aujourd’hui est qu’après seize ans de démocratie, l’Afrique du Sud est championne du monde de l’inégalité : la population noire, qui représente 80% de la population, contrôle à peine 5% des richesses. Seule une infime partie (3%) des terres arables détenues par les fermiers blancs (87%) ont été transférées aux Noirs, depuis 1994. Nous voilà bien loin des promesses d’égalité.
La conclusion est sans appel, l’ordre économique n’a jamais été remis en cause et la remise en cause de l’ ordre racial n’a permis qu’à une petite minorité de noir de s’embourgeoiser et de rejoindre les grands bourgeois blancs dans la défense de leur intérêts sociaux.

Mandela est devenu le héros des élites capitalistes à travers le monde (son unanimité vient de là, imposé par l’idéologie des médias à leurs mains) car il n’a pas touché à leur bourse, il a laissé l’Afrique du Sud continuer dans une fuite en avant vers le capitalisme mondialisé le plus violent possible pour le pauvre peuple…
S’il n’a jamais donné les détails des négociations qui ont précédé sa libération, c’est sûrement parce qu’il a accepté de vendre (par consentement ou méconnaissance du sujet) son combat, sa légitimité et son peuple aux pires requins capitalistes et financiers en contrepartie de la fin de l’ordre racial. On ne peut pas effacer des décennies d’inégalités sociales basées sur des différences raciales, dans un modèle de société capitaliste… c’est un non sens absolu sachant que le capitalisme crée de plus en plus d’inégalités. Il aurait fallu imposer une société socialiste et juste, où c’est le peuple qui jouit de la richesse tirée de la valeur ajoutée pour en faire profiter l’ensemble des sud-africains à l’image du Venezuela d’Hugo Chavez (qui lui est diabolisé en occident… car il touche là où ça fait mal).
Soyons clair, en finalité Mandela n’est pas Lumumba ou Sankara qui eux ont été tués pour leur politique en faveur du peuple qui les a élu en dépit des intérêts des requins capitalistes et impérialistes. L’Afrique du Sud de Mandela c’est devenu des noirs qui tirent sur d’ autres noirs, des noirs qui vivent dans une misère encore plus forte que sous l’apartheid (au point de regretter cette époque) et des fermiers blancs assassinés.

La fin de l’apartheid est une arnaque pour le peuple sud-africain.

Repost 0
Published by enricpatrick - dans article en français
commenter cet article
28 septembre 2012 5 28 /09 /septembre /2012 22:33

VRAIMENT EXTRA.

VRAIMENT EXTRA.

Repost 0
Published by enricpatrick
commenter cet article
25 mai 2012 5 25 /05 /mai /2012 16:25

SCANDAL IN FRANCE. According to a British press (UNITED SPORT) the championship of France was fake. According to the press would have allowed the NFLto Montpellier to win the championship before the PSG. This press quotes arbitrationadvantage Montpellier, agreement between the club, who would have even been knownduring an interview with a player during a match that had said to be favorable to the finalvictory of Montpellier before playing the next day against the Montpellier. Inamissiblething for the conduct of the championship. How can a player hope that the team againstwhich he will play tomorrow or champion is self motivation. According to the pressalways, the NFL would have destabilized the PSG. This press quoting sources close to the advisor of a club president who sits on the NFL

Repost 0
Published by enricpatrick - dans article en anglais
commenter cet article
25 mai 2012 5 25 /05 /mai /2012 16:23

SCANDALE EN  FRANCE. Selon une presse anglaise (UNITED SPORT)  le championnat de France a été truque. Selon cette presse le LNF aurait permit a Montpellier de gagner le championnat devant le PSG .cette presse cite arbitrage qui avantage Montpellier, entente entre club, qui aurait même été su lors de l'interview d'un joueur lors d'un match qui avait déclare être favorable a la victoire final de Montpellier avant même de jouer le lendemain contre ce Montpellier. Chose inamissible pour l'éthique du championnat. Comment un joueur peut souhaiter que l'équipe contre qui il va jouer demain soi champion ou est la motivation. Selon toujours cette presse, la LNF aurait déstabilisé le PSG .cette presse a cite des sources proche du conseiller d'un président de club qui siège  au sein de la LNF

Repost 0
Published by enricpatrick - dans article en français
commenter cet article
9 mai 2012 3 09 /05 /mai /2012 17:56

The media and military attack against Syria is directly related to the global competition for energy, as explained by Professor Imad Shuebi in the masterly article we publish. At a time when the euro area threatens to collapse, where an acute economic crisis led the U.S. into debt up to 14 940 billion, and where their influence is dwindling in the face of emerging powers BRICS , it becomes clear that the key to réusite economic and political dominance lies mainly in controlling the energy of the 21st century: the gas. This is because it is at the heart of the most colossal gas reserve in the world that Syria is being targeted. The war of the last century were those of oil, but a new era, that of the gas wars.
 
With the fall of the Soviet Union, Russians have realized that the arms race had exhausted them, especially in the absence of supply of energy necessary for any industrialized country. Instead, the U.S. had been able to develop and decide on international politics without much difficulty because of their presence in the oil areas for decades. This is why the Russians decided to turn to position themselves on energy sources, as well as gas oil. Whereas the oil sector, given its international division, offered no prospects, Moscow counted on the gas, its production, its transport and large-scale commercialization.
The kickoff was given in 1995 when Vladimir Putin introduced the strategy of Gazprom gas from areas of Russia to Azerbaijan, Turkmenistan, Iran (for marketing), to the Middle East. Certainly projects Nord Stream Stream etSouth testify before History of merit and effort of Vladimir Putin to bring Russia into the international arena and influence the European economy because it will depend, for decades to come, gas as an alternative or supplement to oil, but with a clear priority for gas. From there, it became necessary for Washington to create the project competing Nabucco, to compete with Russian projects and hope to play a role in what will determine the strategy and policy for the next hundred years.
The fact is that the gas will be the main energy source for the 21st century, both as an alternative to declining global oil reserves, and as a source of clean energy.Therefore, control of gas-rich areas of the world by the old and new power is the basis of an international conflict which are regional event.
Clearly, Russia has read the cards and has learned the lesson of the past, because it is the lack of control at the level of global energy resources, essential to the injection of capital and energy in industrial structure , which was the cause of the collapse of the Soviet Union. Similarly Russia has learned that the gas would be the energy resource of the next century.
 
History of the Great Game Gas

A first reading of the map reveals that the gas it is located in the following regions, in terms of deposits and access to areas of consumption:
1. Russia: Vyborg and Beregvya
2. Annexed to Russia, Turkmenistan
3. More or less immediate vicinity of Russia: Azerbaijan and Iran
4. Taken to Russia: Georgia
5. Eastern Mediterranean: Syria and Lebanon
6. Qatar and Egypt.
Moscow was quick to work on two main strategies: the first is the establishment of a Sino-Russian long-term based on economic growth Bloc Shanghai, the second to control the gas resources Thus was laid the foundation of projects South Stream and Nord Stream, facing the U.S. blueprint Nabucco, supported by the European Union, which was the gas from the Black Sea and Azerbaijan. Ensued between these two initiatives a strategic race for control of Europe and gas resources.
For Russia:
The Nord Stream project connecting Russia directly to Germany, passing through the Baltic to Sassnitz and Weinberg, bypassing Belarus.
The South Stream project starts in Russia, passes through the Black Sea to Bulgaria and is divided between Greece and southern Italy on the one hand, and Hungary and Austria on the other.
For the U.S.:
Nabucco from Central Asia and around the Black Sea, through Turkey where are the storage facilities, then the path Bulgaria through Romania, Hungary, arrived in Austria and from there goes to the Czech Republic, Croatia, Slovenia and Italy. It was originally intended to cross into Greece, but this idea was abandoned under Turkish pressure.
Nabucco was supposed to compete with Russian projects. Originally scheduled for 2014, it had to be postponed to 2017 due to technical difficulties. From there, the gas dispute has turned in favor of the Russian project, but everyone is always looking to expand the project to new areas.
This concerns firstly the Iranian gas, the U.S. wanted to see come to reinforce the Nabucco project by joining the consolidating point of Erzurum, Turkey, and the other gas from the Eastern Mediterranean: Syria, Lebanon, Israel.
But in July 2011, Iran signed various agreements on the transport of its gas via Iraq and Syria. Therefore, it is now Syria, which became the main center for storage and production in conjunction with the reservations of Lebanon. It was then a brand new space geographic, strategic and energy that opens, including Iran, Iraq, Syria and Lebanon. Barriers that the project suffered for over a year outline the level of intensity of the struggle being played out for control of Syria and Lebanon. They illuminate the same time the role played by France, which considers the Eastern Mediterranean as its historic sphere of influence, to eternally serve its interests, and where he must catch his absence since the Second World War. In other words, France wants to play a role in the world gas whereby it acquired a kind of "insurance" in Libya and now wants a "life insurance" through Syria and Lebanon.
As for Turkey, she feels she will be excluded from this gas war as the Nabucco project is delayed and does not belong to any of the two projects South Stream and Nord Stream, the gas in the eastern Mediterranean seems to inexorably away as it moves away from Nabucco.
 
The Moscow-Berlin

For both projects, Moscow created the company Gazprom in the 1990s.Germany, who wanted to free themselves once and for all consequences of World War II, prepared to be involved, be it in terms of facilities, review of the Northern Pipeline, or storage areas for South Stream line within its area of ​​influence, particularly in Austria.
Gazprom was founded in collaboration with Hans-Joachim Gornig, a German close to Moscow, former vice president of the German company of oil and gas industry who oversaw the construction of the pipeline network of the GDR. It was led until October 2011 by Vladimir Kotenev, former Russian ambassador to Germany.
Gazprom signed a number of transactions with German companies, foremost among which those cooperating with Nord Stream, such giants E.ON Energy and BASF chemicals; with E.ON to clauses guaranteeing preferential tariffs in If prices rise, which is somehow a subsidy "policy" of German energy companies in Russia.
Moscow took advantage of the liberalization of European gas markets to force them to disconnect the distribution of production facilities. Page clashes between Russia and Berlin being turned, then began a phase of economic cooperation based on reducing the burden of enormous debt burden on the shoulders of Germany, of a Europe over-indebted by the U.S. yoke Germany, which considers space Germanic (Germany, Austria, Czech Republic, Switzerland) is destined to become the heart of Europe, but does not have to bear the consequences of aging of an entire continent, nor that of the fall of a superpower.
The initiatives include Gazprom's German joint venture Wingas with Wintershall, a subsidiary of BASF, which is the largest producer of oil and gas to Germany and controls 18% of the gas market. Gazprom gave its main partners German interests unmatched in its Russian assets. And BASF and E.ON each control about a quarter of gas fields that feed Loujno-Russkoye largely Nord Stream, and it is therefore not a coincidence that the German counterpart of Gazprom, called 'Gazprom Germanic, "will hold up to 40% of the Austrian company Austrian Centrex Co, specializing in gas storage and intended to extend to Cyprus.
An expansion that certainly not please Turkey in dire need of his participation in the Nabucco project. It would be to store, market, then 31, then transfer 40 billion cubic meters of gas per year, a project that Ankara is increasingly beholden to the decisions of Washington and NATO, especially since its accession the EU has been repeatedly rejected.
Strategic linkages associated with the gas determine the more policy that Moscow lobbies on the German Social Democratic Party in North Rhine-Westphalia, a major industrial base and center of the German conglomerate RWE, electricity provider and subsidiary of E. ON.
This influence has been recognized by Hans-Josef Fell, head of energy policy among the Greens. In his four German companies related to Russia play a major role in the definition of German energy policy. They rely on the Committee on Economic Relations of Eastern Europe-that is to say on narrow economic enterprises in contact with Russia and countries of the ex-Soviet bloc, which has a very complex network of influence over ministers and public opinion. But in Germany, the discretion is still required as to the growing influence of Russia, assuming that it is highly necessary to improve "energy security" of Europe.
It is interesting to note that Germany considers that the policy of the European Union to resolve the crisis of the euro could eventually hinder the Germano-Russian investment. This reason, among others, explains why she drags to save the euro weighed down by the European debts, even though the Germanic bloc could, by itself, support these debts. Moreover, whenever the Europeans oppose its policy vis-à-vis Russia, it asserts that the utopian plans of Europe are not feasible and could push Russia to sell its gas in Asia, jeopardizing European energy security.
This marriage of the Germano-Russian interests was based on the legacy of the Cold War, that makes three million Russian speakers live in Germany, forming the second largest community after the Turks. Putin was also adept in the use of the network of former officials of the GDR, who took care of the interests of Russian companies in Germany, not to mention the recruitment of ex-Stasi agents. For example, personnel managers and finance Gazprom Germania, or the Director of Finance Consortium Nord Stream, Matthias Warnig which according leWall Street Journal, would have helped Putin recruit spies in Dresden as a young officer KGB. But we must recognize the use by Russia of its old relationships has not been detrimental to Germany, because the interests of both parties were served without one dominates the other.
The Nord Stream project, the main link between Russia and Germany, was inaugurated recently by a pipeline which cost 4.7 billion euros. Although this pipeline linking Russia and Germany, the recognition by Europeans that such a project to guarantee their energy security was that France and Holland have hastened to declare that it was indeed a project "European". In this regard, it is worth mentioning that Mr. Lindner, executive director of the German Committee for Economic Relations with the countries of Eastern Europe said, without laughing, that it was "a European project not German, and he does not confine Germany in a greater dependence vis-à-vis Russia. " Such a statement highlights the concern over increasing Russian influence in Germany; the fact remains that the projetNord Stream is structurally a plan Moscow and not European.
The Russians can paralyze the distribution of energy in Poland in several countries as they seem, and will be able to sell gas to the highest bidder.However, the importance of Germany for Russia is that it is the platform from which she will be able to develop its strategy continental Gazprom Germania with interests in 25 projects crossed to Britain, Italy, Turkey, Hungary and other countries. This leads us to say that Gazprom - after a while - is destined to become one of the largest companies in the world, if not the largest.
 
Draw a new map of Europe and the world

 
Gazprom leaders have not only developed their project, but they also made sure to counter Nabucco. Thus, Gazprom owns 30% of the project to build a second pipeline to Europe, broadly following the same route as Nabucco which is, by the admission of his supporters, a proposed "policy" intended to show its strength by slowing or blocking the Nabucco project. Besides Moscow rushed to buy gas in Central Asia and Caspian Sea in order to suppress it, and to ridicule Washington politically, economically and strategically at the same time.
Gazprom operates gas facilities in Austria, that is to say in the strategic area of ​​Germany, and also leases facilities in Britain and France. However, it is the major storage facilities in Austria which will be used to redraw the energy map of Europe, since they feed Slovenia, Slovakia, Croatia, Hungary, Italy and Germany.At these facilities, we must add the center stokage of Katrina, that Gazprom is building in cooperation with Germany in order to export gas to the major consumption centers of Western Europe.
Gazprom has set up a joint facility of storage with Serbia in order to supply gas to Bosnia-Herzegovina and Serbia itself. Feasibility studies have been conducted on similar modes of storage in the Czech Republic, Romania, Belgium, Great Britain, Slovakia, Turkey, Greece and even France. Gazprom strengthens the position of Moscow, provider 41% of European gas supplies. This means a substantial change in relations between East and West in the short, medium and long term. It also announced a decline of U.S. influence, by missile shields interposed, seeing the establishment of a new international organization, which the gas will be the main pillar. Finally it explains the intensification of the fight for gas on the east coast of the Mediterranean in the Middle East.
 
Nabucco and Turkey in difficulty

Nabucco would bring gas 3,900 kilometers from Turkey to Austria and was designed to provide 31 billion cubic meters of gas annually from the Middle East and the Caspian Basin to European markets. The willingness of the NATO coalition-United States-France to end the obstacles that rose up against its gas interests in the Middle East, notably Syria and Lebanon, is that it is necessary to sprovide stability and caring for the environment when it comes to gas infrastructure and investment. The Syrian response was to sign a contract to transfer its territory to Iranian gas through Iraq. Thus, it is on the Syrian and Lebanese gas that focuses the battle, will supply t-ilNabucco or South Stream?
The Nabucco consortium consists of several companies: German (REW), Austrian (OML), Turkey (Botas), Bulgarian (Energy Holding Company), and Romanian (Transgaz). Five years ago, the initial project costs were estimated at $ 11.2 billion, but could reach $ 21.4 billion by 2017. This raises many questions about its viability given that Gazprom was able to conclude contracts with various countries that were alimenterNabucco, which could no longer rely on the surplus of Turkmenistan, especially since the failed attempts to hold on Iranian gas. This is one of the unsung secret of battle for Iran, which has crossed the red line in its challenge to the U.S. and Europe, by choosing Iraq and Syria as transport paths part of its gas.
Thus, the best hope for Nabucco remains in the supply of gas from Azerbaijan and the Shah Deniz field, become almost the sole source procurement of a project that seems to have failed even before it started. This is what reveals the acceleration signatures of contracts awarded by Moscow for the redemption of àNabucco sources originally intended, on the one hand, and the difficulties in imposing geopolitical change in Iran, Syria and Lebanon on the other part. This at a time when Turkey is quick to claim his share of the Nabucco project, either by signing a contract with Azerbaijan for the purchase of 6 billion cubic meters of gas in 2017, by the annexation of Syria and Lebanon with the hope to block the transit of Iranian oil or to receive a share of the rich gas in Syria. Apparently a place in the new world order, that of gas or something else, go through a number of services, ranging from military support to the hosting of strategic missile defense system.
This is perhaps the greatest threat pourNabucco is Russia's attempt to derail the negotiating better contracts than its own in favor of Gazprom for North Stream and South Stream, which would invalidate the efforts of the United States and Europe, would diminish their influence, and would harm their energy policy in Iran and / or in the Mediterranean. In addition, Gazprom could become one of the investors or operators of major new gas fields in Syria or Lebanon. It is no coincidence that August 16, 2011, the Syrian Ministry of Oil announced the discovery at a gas well in Qara, near Homs. Its production capacity would be 400,000 cubic meters per day (146 million cubic meters per year), not to mention the gas present in the Mediterranean.
Projects Nord Stream and South Stream thus reduces the influence U.S. policy, which now seems to lag behind. The signs of hostility between the States of Central Europe and Russia have improved, but Poland and the United States seem unwilling to give up. Indeed, in late October 2011, they announced the change in energy policy following the discovery of coal deposits which should reduce European dependence vis-à-vis Russia and the Middle East. This seems to be an ambitious but long-term, because of the many procedures required before marketing; corresponding to the coal found in sedimentary rocks thousands of meters underground and require hydraulic fracturing techniques under high pressure to release the gas, not to mention the environmental risks.
 
Participation of China

The Sino-Russian cooperation in the energy sector is the engine of the strategic partnership between the two giants. This is, according to experts, the "base" of their double veto reiterated in favor of Syria.
This cooperation is not only the supply of China on preferential terms. China is led to become directly involved in gas distribution through the acquisition of assets and facilities, in addition to a proposed joint control of distribution networks.Meanwhile, Moscow shows its flexibility on the price of gas, subject to being allowed access to highly profitable Chinese domestic market. It was agreed, therefore, that experts from Russia and China would work together in the following areas: "The coordination of energy strategies, forecasting and prospecting, market development, energy efficiency, and energy sources alternative. "
Other common strategic interests concern the risks facing the project of "missile shield" U.S.. Washington has involved not only Japan and South Korea but, beginning in September 2011, India was also invited to become partner.Accordingly, the concerns of both countries meet at the time when Washington's stimulus strategy in Central Asia, that is to say, on the Silk Road. This strategy is the same as that launched by George Bush (draft Greater Central Asia) to roll back the influence of Russia and China in cooperation with Turkey to solve the situation in Afghanistan by 2014, and impose military force by NATO in the region. Uzbekistan has already hinted that he might welcome NATO, and Putin said that this could thwart the intrusion and prevent the U.S. West to undermine Russia would be the expansion of space-Russia Kazakhtan-Belarus cooperation with Beijing.
This overview of the mechanisms of current international struggle can get an idea of ​​the formation process of the new international order based on the struggle for military supremacy and whose keystone is the energy, and the first gas.
 
The gas from Syria

When Israel began extracting oil and gas from 2009, it was clear that the Mediterranean basin had entered the game and that Syria would be appealed or the whole region would enjoy peace, because the 21st century is supposed to be that of clean energy.
According to the Washington Institute for Near East Policy (WINEP, the think tank of AIPAC), the Mediterranean basin contains the largest reserves of gas and it is Syria that there would be the most important. This institution also hypothesized that the battle between Turkey and Cyprus would expand because of the inability of Turkey to assume the loss of the Nabucco project (despite the contract signed with Moscow in December 2011 for the transport of part of South Stream gas via Turkey).
The revelation of the secret Syrian gas raises awareness of the enormity of the issue about it. Who controls Syria could control the Middle East. And from Syria, gateway to Asia, he will hold "the key to Russia House," as stated the Tsarina Catherine II, as well as that of China via the Silk Road. Thus, it would be ability to dominate the world because this century is the century of gas.
It is for this reason that the signatories to the agreement of Damascus, allowing gas to pass through Iran Iraq and access to the Mediterranean, creating a new geopolitical space and cutting the lifeline of Nabucco, had said "Syria is the key to the new era."

Repost 0
Published by enricpatrick - dans article en anglais
commenter cet article
9 mai 2012 3 09 /05 /mai /2012 17:49

L’attaque médiatique et militaire à l’encontre de la Syrie est directement liée à la compétition mondiale pour l’énergie, ainsi que l’explique le professeur Imad Shuebi dans l’article magistral que nous publions. À un moment où la zone euro menace de s’effondrer, où une crise économique aiguë a conduit les États-Unis à s’endetter à hauteur de 14 940 milliards de dollars, et où leur influence s’amenuise face aux puissances émergentes du BRICS, il devient clair que la clé de la réusite économique et de la dominance politique réside principalement dans le contrôle de l’énergie du 21ème siècle : le gaz. C’est parce qu’elle se trouve au cœur de la plus colossale réserve de gaz de la planète que la Syrie est prise pour cible. Les guerre du siècle dernier étaient celles du pétrole, mais une nouvelle ère commence, celle des guerres du gaz.

 

Avec la chute de l’Union soviétique, les Russes ont réalisé que la course à l’armement les avait épuisés, surtout en l’absence des approvisionnements d’énergie nécessaires à tout pays industrialisé. Au contraire, les USA avaient pu se développer et décider de la politique internationale sans trop de difficultés grâce à leur présence dans les zones pétrolières depuis des décennies. C’est la raison pour laquelle les Russes décidèrent à leur tour de se positionner sur les sources d’énergie, aussi bien pétrole que gaz. Considérant que le secteur pétrolier, vu sa répartition internationale, n’offrait pas de perspectives, Moscou misa sur le gaz, sa production, son transport et sa commercialisation à grande échelle.

Le coup d’envoi fut donné en 1995, lorsque Vladimir Poutine mis en place la stratégie de Gazprom : partir des zones gazières de la Russie vers l’Azerbaïdjan, le Turkménistan, l’Iran (pour la commercialisation), jusqu’au Proche-Orient. Il est certain que les projets Nord Stream etSouth Stream témoigneront devant l’Histoire du mérite et des efforts de Vladimir Poutine pour ramener la Russie dans l’arène internationale et peser sur l’économie européenne puisqu’elle dépendra, durant des décennies à venir, du gaz comme alternative ou complément du pétrole, avec cependant une nette priorité pour le gaz. À partir de là, il devenait urgent pour Washington de créer le projet concurrent Nabucco, pour rivaliser avec les projets russes et espérer jouer un rôle dans ce qui va déterminer la stratégie et la politique pour les cents prochaines années.

Le fait est que le gaz sera la principale source d’énergie du 21ème siècle, à la fois comme alternative à la baisse des réserves mondiales de pétrole, et comme source d’énergie propre. Par conséquent, le contrôle des zones gazières du monde par les anciennes et les nouvelles puissance est à la base d’un conflit international dont les manifestation sont régionales.

De toute évidence, la Russie a bien lu les cartes et a bien retenu la leçon du passé, car c’est le manque de contrôle au niveau des ressources énergétiques globales, indispensables à l’injection de capital et d’énergie dans la structure industrielle, qui fut à l’origine de l’effondrement de l’Union Soviétique. De même la Russie a assimilé que le gaz serait la ressource énergétique du siècle à venir.

 

Historique du grand jeu gazier

Une première lecture de la carte du gaz révèle que celui-ci est localisé dans les régions suivantes, en termes de gisements et d’accès aux zones de consommation : 
1. Russie : Vyborg et Beregvya 
2. Annexé à la Russie : Turkménistan 
3. Environs plus ou moins immédiats de la Russie : Azerbaïdjan et Iran 
4. Pris à la Russie : Géorgie 
5. Méditerranée orientale : Syrie et Liban 
6. Qatar et Égypte.

Moscou s’est hâté de travailler sur deux axes stratégiques : le premier est la mise en place d’un projet sino-russe à long terme s’appuyant sur la croissance économique du Bloc de Shanghai ; le deuxième visant à contrôler les ressources de gaz. C’est ainsi que furent jetées les bases des projets South Stream et Nord Stream, faisant face au projet étasunien Nabucco, soutenu par l’Union européenne, qui visait le gaz de la mer Noire et de l’Azerbaïdjan. S’ensuivit entre ces deux initiatives une course stratégique pour le contrôle de l’Europe et des ressources en gaz.

Pour la Russie :

Le projet Nord Stream relie directement la Russie à l’Allemagne en passant à travers la mer Baltique jusqu’à Weinberg et Sassnitz, sans passer par la Biélorussie.

Le projet South Stream commence en Russie, passe à travers la la mer Noire jusqu’à la Bulgarie et se divise entre la Grèce et le sud de l’Italie d’une part, et la Hongrie et l’Autriche d’autre part.

Pour les États-Unis :

Le projet Nabucco part d’Asie centrale et des environs de la Mer Noire, passe par la Turquie où se situent les infrastructures de stockage, puis parcours la Bulgarie, traverse la Roumanie, la Hongrie, arrive en Autriche et de là se dirige vers la République Tchèque, la Croatie, la Slovénie et l’Italie. Il devait à l’origine passer en Grèce, mais cette idée avait été abandonnée sous la pression turque.

Nabucco était censé concurrencer les projets russes. Initialement prévu pour 2014, il a dû être repoussé à 2017 en raison de difficultés techniques. À partir de là, la bataille du gaz a tourné en faveur du projet russe, mais chacun cherche toujours à étendre son projet à de nouvelles zones.

Cela concerne d’une part le gaz iranien, que les États-Unis voulaient voir venir renforcer le projet Nabucco en rejoignant le point de groupage de Erzurum, en Turquie ; et de l’autre le gaz de la Méditerranée orientale : Syrie, Liban, Israël.

Or en juillet 2011, l’Iran a signé divers accords concernant le transport de son gaz via l’Irak et la Syrie. Par conséquent, c’est désormais la Syrie qui devient le principal centre de stockage et de production, en liaison avec les réserves du Liban. C’est alors un tout nouvel espace géographique, stratégique et énergétique qui s’ouvre, comprenant l’Iran, l’Irak, la Syrie et le Liban. Les entraves que ce projet subit depuis plus d’un an donnent un aperçu du niveau d’intensité de la lutte qui se joue pour le contrôle de la Syrie et du Liban. Elles éclairent du même coup le rôle joué par la France, qui considère la Méditerranée orientale comme sa zone d’influence historique, devant éternellement servir ses intérêts, et où il lui faut rattraper son absence depuis la Seconde Guerre mondiale. En d’autres termes, la France veut jouer un rôle dans le monde du gaz où elle a acquis en quelque sorte une « assurance maladie » en Libye et veut désormais une « assurance-vie » à travers la Syrie et le Liban.

Quant à la Turquie, elle sent qu’elle sera exclue de cette guerre du gaz puisque le projet Nabucco est retardé et qu’elle ne fait partie d’aucun des deux projets South Stream et Nord Stream ; le gaz de la Méditerranée orientale semble lui échapper inexorablement à mesure qu’il s’éloigne de Nabucco.

 

L’axe Moscou-Berlin

Pour ses deux projets, Moscou a créé la société Gazprom dans les années 1990. L’Allemagne, qui voulait se libérer une fois pour toutes des répercussions de la Seconde Guerre mondiale, se prépara à en être partie prenante ; que ce soit en matière d’installations, de révision du pipeline Nord, ou de lieux de stockage pour la ligne South Stream au sein de sa zone d’influence, particulièrement en Autriche.

La société Gazprom a été fondée avec la collaboration de Hans-Joachim Gornig, un allemand proche de Moscou, ancien vice-président de la compagnie allemande de pétrole et de gaz industriels qui a supervisé la construction du réseau de gazoducs de la RDA. Elle a été dirigée jusqu’en octobre 2011 par Vladimir Kotenev, ancien ambassadeur de Russie en Allemagne.

Gazprom a signé nombre de transactions avec des entreprises allemandes, au premier rang desquelles celles coopérant avec Nord Stream, tels les géants E.ON pour l’énergie et BASF pour les produits chimiques ; avec pour E.ON des clauses garantissant des tarifs préférentiels en cas de hausse des prix, ce qui revient en quelque sorte à une subvention « politique » des entreprises du secteur énergétique allemand par la Russie.

Moscou a profité de la libéralisation des marchés européens du gaz pour les contraindre à déconnecter les réseaux de distribution des installations de production. La page des affrontements entre la Russie et Berlin étant tournée, débuta alors une phase de coopération économique basée sur l’allégement du poids de l’énorme dette pesant sur les épaules de l’Allemagne, celle d’une Europe surendettée par le joug étasunien. Une Allemagne qui considère que l’espace germanique (Allemagne, Autriche, République Tchèque, Suisse) est destiné à devenir le cœur de l’Europe, mais n’a pas à supporter les conséquences du vieillissement de tout un continent, ni celle de la chute d’une autre superpuissance.

Les initiatives allemandes de Gazprom comprennent le joint-venture de Wingas avec Wintershall, une filiale de BASF, qui est le plus grand producteur de pétrole et de gaz d’Allemagne et contrôle 18 % du marché du gaz. Gazprom a donné à ses principaux partenaires allemands des participations inégalées dans ses actifs russes. Ainsi BASF et E.ON contrôlent chacune près d’un quart des champs de gaz Loujno-Rousskoïé qui alimenteront en grande partie Nord Stream ; et ce n’est donc pas une simple coïncidence si l’homologue allemand de Gazprom, appelé « le Gazprom germanique », ira jusqu’à posséder 40 % de la compagnie autrichienne Austrian Centrex Co, spécialisée dans le stockage du gaz et destinée à s’étendre vers Chypre.

Une expansion qui ne plait certainement pas à la Turquie qui a cruellement besoin de sa participation au projet Nabucco. Elle consisterait à stocker, commercialiser, puis transférer 31 puis 40 milliards de m³ de gaz par an ; un projet qui fait qu’Ankara est de plus en plus inféodé aux décisions de Washington et de l’OTAN, d’autant plus que son adhésion à l’Union européenne a été rejetée à plusieurs reprises.

Les liens stratégiques liés au gaz déterminent d’autant plus la politique que Moscou exerce un lobbying sur le Parti social-démocrate allemand en Rhénanie-du-Nord-Westphalie, base industrielle majeure et centre du conglomérat allemand RWE, fournisseur d’électricité et filiale d’E.ON.

Cette influence a été reconnue par Hans-Joseph Fell, responsable des politiques énergétiques chez les Verts. Selon lui quatre sociétés allemandes liées à la Russie jouent un rôle majeur dans la définition de la politique énergétique allemande. Elles s’appuient sur le Comité des relations économiques de l’Europe de l’Est —c’est-à-dire sur des entreprises en contact économique étroit avec la Russie et les pays de l’ex Bloc soviétique—, qui dispose d’un réseau très complexe d’influence sur les ministres et l’opinion publique. Mais en Allemagne, la discrétion reste de mise quant à l’influence grandissante de la Russie, partant du principe qu’il est hautement nécessaire d’améliorer la « sécurité énergétique » de l’Europe.

Il est intéressant de souligner que l’Allemagne considère que la politique de l’Union européenne pour résoudre la crise de l’euro pourrait à terme gêner les investissements germano-russes. Cette raison, parmi d’autres, explique pourquoi elle traine pour sauver l’euro plombé par les dettes européennes, alors même que le bloc germanique pourraient, à lui seul, supporter ces dettes. De plus, à chaque fois que les Européens s’opposent à sa politique vis-à-vis de la Russie, elle affirme que les plans utopiques de l’Europe ne sont pas réalisables et pourraient pousser la Russie à vendre son gaz en Asie, mettant en péril la sécurité énergétique européenne.

Ce mariage des intérêts germano-russes s’est appuyé sur l’héritage de la Guerre froide, qui fait que trois millions de russophones vivent en Allemagne, formant la deuxième plus importante communauté après les Turcs. Poutine était également adepte de l’utilisation du réseau des anciens responsables de la RDA, qui avaient pris soin des intérêts des compagnies russes en Allemagne, sans parler du recrutement d’ex-agents de la Stasi. Par exemple, les directeurs du personnel et des finances de Gazprom Germania, ou encore le directeur des finances du Consortium Nord Stream, Warnig Matthias qui, selon leWall Street Journal, aurait aidé Poutine à recruter des espions à Dresde lorsqu’il était jeune agent du KGB. Mais il faut le reconnaitre, l’utilisation par la Russie de ses anciennes relations n’a pas été préjudiciable à l’Allemagne, car les intérêts des deux parties ont été servis sans que l’une ne domine l’autre.

Le projet Nord Stream, le lien principal entre la Russie et l’Allemagne, a été inauguré récemment par un pipeline qui a coûté 4,7 milliards d’euros. Bien que ce pipeline relie la Russie et l’Allemagne, la reconnaissance par les Européens qu’un tel projet garantissait leur sécurité énergétique a fait que la France et la Hollande se sont hâtées de déclarer qu’il s’agissait bien là d’un projet « européen ». À cet égard, il est bon de mentionner que M. Lindner, directeur exécutif du Comité allemand pour les relations économiques avec les pays de l’Europe de l’Est a déclaré, sans rire, que c’était bien « un projet européen et non pas allemand, et qu’il n’enfermerait pas l’Allemagne dans une plus grande dépendance vis-à-vis de la Russie ». Une telle déclaration souligne l’inquiétude que suscite l’accroissement de l’influence Russe en l’Allemagne ; il n’en demeure pas moins que le projetNord Stream est structurellement un plan moscovite et non pas européen.

Les Russes peuvent paralyser la distribution de l’énergie en Pologne dans plusieurs pays comme bon leur semblent, et seront en mesure de vendre le gaz au plus offrant. Toutefois, l’importance de l’Allemagne pour la Russie réside dans le fait qu’elle constitue la plate-forme à partir de laquelle elle va pouvoir développer sa stratégie continentale ; Gazprom Germania détenant des participations dans 25 projets croisés en Grande-Bretagne, Italie, Turquie, Hongrie et d’autres pays. Cela nous amène à dire que Gazprom – après un certain temps – est destinée à devenir l’une des plus importantes entreprises au monde, sinon la plus importante.

 

Dessiner une nouvelle carte de l’Europe, puis du monde

 

Les dirigeants de Gazprom ont non seulement développé leur projet, mais ils ont aussi fait en sorte de contrer Nabucco. Ainsi, Gazprom détient 30 % du projet consistant à construire un deuxième pipeline vers l’Europe suivant à peu près le même trajet que Nabucco ce qui est, de l’aveu même de ses partisans, un projet « politique » destiné à montrer sa force en freinant, voire en bloquant le projet Nabucco. D’ailleurs Moscou s’est empressé d’acheter du gaz en Asie centrale et en mer Caspienne dans le but de l’étouffer, et de ridiculiser Washington politiquement, économiquement et stratégiquement par la même occasion.

Gazprom exploite des installations gazières en Autriche, c’est-à-dire dans les environs stratégiques de l’Allemagne, et loue aussi des installations en Grande-Bretagne et en France. Toutefois, ce sont les importantes installations de stockage en Autriche qui serviront à redessiner la carte énergétique de l’Europe, puisqu’elles alimenteront la Slovénie, la Slovaquie, la Croatie, la Hongrie, l’Italie et l’Allemagne. À ces installations, il faut ajouter le centre de stokage de Katrina, que Gazprom construit en coopération avec l’Allemagne, afin de pouvoir exporter le gaz vers les grands centres de consommation de l’Europe de l’ouest.

Gazprom a mis en place une installation commune de stockage avec la Serbie afin de fournir du gaz à la Bosnie-Herzégovine et à la Serbie elle-même. Des études de faisabilité ont été menées sur des modes de stockage similaires en République Tchèque, Roumanie, Belgique, Grande-Bretagne, Slovaquie, Turquie, Grèce et même en France. Gazprom renforce ainsi la position de Moscou, fournisseur de 41 % des approvisionnements gaziers européens. Ceci signifie un changement substantiel dans les relations entre l’Orient et l’Occident à court, moyen et long terme. Cela annonce également un déclin de l’influence états-unienne, par boucliers antimissiles interposés, voyant l’établissement d’une nouvelle organisation internationale, dont le gaz sera le pilier principal. Enfin cela explique l’intensification du combat pour le gaz de la côte Est de la Méditerranée au Proche-Orient.

 

Nabucco et la Turquie en difficulté

Nabucco devait acheminer du gaz sur 3 900 kilomètres de la Turquie vers l’Autriche et était conçu pour fournir 31 milliards de mètres cubes de gaz naturel par an depuis le Proche-Orient et le bassin caspien vers les marchés européens. L’empressement de la coalition Otan-États-unis-France à mettre fin aux obstacles qui s’élevaient contre ses intérêts gaziers au Proche-Orient, en particulier en Syrie et au Liban, réside dans le fait qu’il est nécessaire de s’assurer la stabilité et la bienveillance de l’environnement lorsqu’il est question d’infrastructures et d’investissement gaziers. La réponse syrienne fût de signer un contrat pour transférer vers son territoire le gaz iranien en passant par l’Irak. Ainsi, c’est bien sur le gaz syrien et libanais que se focalise la bataille, alimentera t-ilNabucco ou South Stream ?

Le consortium Nabucco est constitué de plusieurs sociétés : allemande (REW), autrichienne (OML), turque (Botas), bulgare (Energy Company Holding), et roumaine (Transgaz). Il y a cinq ans, les coûts initiaux du projet étaient estimées à 11,2 milliards de dollars, mais ils pourraient atteindre 21,4 milliards de dollars d’ici 2017. Ceci soulève de nombreuses questions quant à sa viabilité économique étant donné que Gazprom a pu conclure des contrats avec différentes pays qui devaient alimenterNabucco, lequel ne pourrait plus compter que sur les excédents du Turkménistan, surtout depuis les tentatives infructueuses de mainmise sur le gaz iranien. C’est l’un des secrets méconnus de la bataille pour l’Iran, qui a franchi la ligne rouge dans son défi aux USA et à l’Europe, en choisissant l’Irak et la Syrie comme trajets de transport d’une partie de son gaz.

Ainsi, le meilleur espoir de Nabucco demeure dans l’approvisionnement en gaz d’Azerbaïdjan et le gisement Shah Deniz, devenu presque la seule source d’approvisionnement d’un projet qui semble avoir échoué avant même d’avoir débuté. C’est ce que révèle l’accélération des signatures de contrats passés par Moscou pour le rachat de sources initialement destinées àNabucco, d’une part, et les difficultés rencontrées pour imposer des changements géopolitiques en Iran, en Syrie et au Liban d’autre part. Ceci au moment où la Turquie s’empresse de réclamer sa part du projet Nabucco, soit par la signature d’un contrat avec l’Azerbaïdjan pour l’achat de 6 milliards de mètres cubes de gaz en 2017, soit par l’annexion de la Syrie et du Liban avec l’espoir de faire obstacle au transit du pétrole iranien ou de recevoir une part de la richesse gazière libano-syrienne. Apparemment une place dans le nouvel ordre mondial, celui du gaz ou d’autre chose, passe par rendre un certain nombre de service, allant de l’appui militaire jusqu’à l’hébergement du dispositif stratégique de bouclier antimissiles.

Ce qui constitue peut-être la principale menace pourNabucco, c’est la tentative russe de le faire échouer en négociant des contrats plus avantageux que les siens en faveur de Gazprom pour North Stream et South Stream ; ce qui invaliderait les efforts des États-Unis et de l’Europe, diminuerait leur influence, et bousculerait leur politique énergétique en Iran et/ou en Méditerranée. En outre, Gazprom pourrait devenir l’un des investisseurs ou exploitants majeurs des nouveaux gisements de gaz en Syrie ou au Liban. Ce n’est pas par hasard que le 16 août 2011, le ministère syrien du Pétrole à annoncé la découverte d’un puits de gaz à Qara, près de Homs. Sa capacité de production serait de 400 000 mètres cubes par jour (146 millions de mètres cubes par an), sans même parler du gaz présent dans la Méditerranée.

Les projets Nord Stream et South Stream ont donc réduit l’influence politique étasunienne, qui semble désormais à la traîne. Les signes d’hostilité entre les États d’Europe centrale et la Russie se sont atténués ; mais la Pologne et les États-Unis ne semblent pas disposés à renoncer. En effet, fin octobre 2011, ils ont annoncé le changement de leur politique énergétique suite à la découverte de gisements de charbon européens qui devraient diminuer la dépendance vis-à-vis de la Russie et du Proche-Orient. Cela semble être un objectif ambitieux mais à long terme, en raison des nombreuses procédures nécessaires avant commercialisation ; ce charbon correspondant à des roches sédimentaires trouvées à des milliers de mètres sous terre et nécessitant des techniques de fracturation hydraulique sous haute pression pour libérer le gaz, sans compter les risques environnementaux.

 

Participation de la Chine

La coopération sino-russe dans le domaine énergétique est le moteur du partenariat stratégique entre les deux géants. Il s’agit, selon les experts, de la « base » de leur double véto réitéré en faveur de la Syrie.

Cette coopération ne concerne pas seulement l’approvisionnement de la Chine à des conditions préférentielles. La Chine est amenée à s’impliquer directement dans la distribution du gaz via l’acquisition d’actifs et d’installations, en plus d’un projet de contrôle conjoint des réseaux de distribution. Parallèlement, Moscou affiche sa souplesse concernant le prix du gaz, sous réserve d’être autorisé à accéder au très profitable marché intérieur chinois. Il a été convenu, par conséquent, que les experts russes et chinois travailleraient ensemble dans les domaines suivants : « La coordination des stratégies énergétiques, la prévision et la prospection, le développement des marchés, l’efficacité énergétique, et les sources d’énergie alternative ».

D’autres intérêts stratégiques communs concernent les risques encourus face au projet du « bouclier antimissiles » US. Non seulement Washington a impliqué le Japon et la Corée du Sud mais, début septembre 2011, l’Inde a aussi été invitée à en devenir partenaire. En conséquence, les préoccupations des deux pays se croisent au moment où Washington relance sa stratégie en Asie centrale, c’est-à-dire, sur la Route de la soie. Cette stratégie est la même que celle lancée par George Bush (projet de Grande Asie centrale) pour y faire reculer l’influence de la Russie et de la Chine en collaboration avec la Turquie, résoudre la situation en Afghanistan d’ici 2014, et imposer la force militaire de l’OTAN dans toute la région. L’Ouzbékistan a déjà laissé entendre qu’il pourrait accueillir l’OTAN, et Vladimir Poutine a estimé que ce qui pourrait déjouer l’intrusion occidentale et empêcher les USA de porter atteinte à la Russie serait l’expansion de l’espace Russie-Kazakhtan-Biélorussie en coopération avec Pékin.

Cet aperçu des mécanismes de la lutte internationale actuelle permet de se faire une idée du processus de formation du nouvel ordre international, fondé sur la lutte pour la suprématie militaire et dont la clé de voute est l’énergie, et en premier lieu le gaz.

 

Le gaz de la Syrie

Quand Israël a entrepris l’extraction de pétrole et de gaz à partir de 2009, il était clair que le bassin Méditerranéen était entré dans le jeu et que, soit la Syrie serait attaquée, soit toute la région pourrait bénéficier de la paix, puisque le 21ème siècle est supposé être celui de l’énergie propre.

Selon le Washington Institute for Near East Policy (WINEP, le think tank de l’AIPAC), le bassin méditerranéen renferme les plus grandes réserves de gaz et c’est en Syrie qu’il y aurait les plus importantes. Ce même institut a aussi émis l’hypothèse que la bataille entre la Turquie et Chypre allait s’intensifier du fait de l’incapacité Turque à assumer la perte du projet Nabucco (malgré le contrat signé avec Moscou en décembre 2011 pour le transport d’une partie du gaz de South Stream via la Turquie).

La révélation du secret du gaz syrien fait prendre conscience de l’énormité de l’enjeu à son sujet. Qui contrôle la Syrie pourrait contrôler le Proche-Orient. Et à partir de la Syrie, porte de l’Asie, il détiendra « la clé de la Maison Russie », comme l’affirmait la Tsarine Catherine II, ainsi que celle de la Chine, via la Route de la soie. Ainsi, il serait en capacité de dominer le monde, car ce siècle est le Siècle du Gaz.

C’est pour cette raison que les signataires de l’accord de Damas, permettant au gaz iranien de passer à travers l’Irak et d’accéder à la Méditerranée, ouvrant un nouvel espace géopolitique et coupant la ligne de vie de Nabucco, avaient déclaré « La Syrie est la clé de la nouvelle ère ».

 

 

 

 

Repost 0
Published by enricpatrick - dans article en français
commenter cet article